Éco-Business

Comment la SMAEX compte intégrer le marché domestique

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

En attendant la validation du contrat-type par l’ACAPS, la compagnie qui n’agissait autrefois qu’en matière d’exportation, travaille à la mise à jour de ses bases de données du tissu économique afin d’évaluer les risques internes.

La Société marocaine d’assurance à l’exportation (SMAEX) opérera désormais sur le marché domestique. La structure créée en 1974 afin de commercialiser la garantie publique à l’export vient d’obtenir l’agrément pour les opérations d’assurance et de réassurance contre les risques de crédit par le biais de la décision du Conseil de l’autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance (ACAPS) du 22 janvier 2018. Société d’économie mixte et acteur principal de la sécurité des marchés à l’exportation ayant pour objet la gestion du système d’assurance, elle pourra désormais proposer des produits d’assurance contre le risque crédit pour les entreprises opérant sur le marché domestique et à l’international. Elle est également habilitée à offrir des produits de réassurance pour les assureurs crédit locaux et internationaux. «À l’heure actuelle, nous attendons la validation de notre contrat-type par l’ACAPS afin de commercialiser nos offres», explique Jamal Raiss, directeur de développement chez l’opérateur.


Concrètement, il s’agira de mettre à jour la base de données du tissu industriel et commercial pour évaluer le risque et la prise de décision pour sa couverture. Au regard des renseignements sur la santé financière de ses clients et de l’évolution de son chiffre d’affaires, l’assuré bénéficiera d’une couverture des créances. Le prospect établit une fiche d’information qui retrace d’une part l’évolution du chiffre d’affaires, sa répartition par type de clientèle et de délais de paiement et d’autre part les encours de crédits et les créances douteuses et irrécouvrables des derniers exercices. Ce qui permet à la fois d’évaluer la concentration du risque et d’établir l’historique de l’entreprise. Si le management ne confirme pas l’existence d’une offre de recouvrement, le marché l’exige. Les concurrents proposent à leurs clients de récupérer les sommes dues en cas de difficultés et les frais engagés sont cumulés avec les créances. Cela permet à l’assuré d’être indemnisé d’une partie des frais en cas de non-recouvrement. Durant le déroulement des procédures amiables ou judiciaires, l’assureur crédit agit normalement en tant que mandataire de l’assuré et lui reverse les sommes récupérées. En tout cas, cette activité sera régie par le Code des assurances, tout comme l’activité de crédit à l’export. Par contre, la garantie des risques politiques, catastrophiques et de non transfert, la couverture des risques commerciaux extraordinaires, le partage des risques afférents à toute action commerciale à l’étranger à travers l’assurance foire et l’assurance prospection, resteront gérés par le ministère de l’Économie et des finances. Pour faire face à ces risques, la SMAEX dispose de ses fonds propres dont le montant atteint 83 MDH, d’un fonds spécial de réserve atteignant 63,5 MDH destiné à couvrir les risques exceptionnels ainsi que d’un fonds public de réserve de 254,5 MDH destinés aux risques couverts pour le compte de l’État.


«Nous ne sommes pas une entreprise publique !»

C’est un leitmotiv au sein du management de la SMAEX. Joints par Les Inspirations ÉCO, Ahmed Hajoub, PDG, et Jamal Raiss, directeur de développement, répètent en chœur que la compagnie est une société «d’économie mixte», où l’État est «actionnaire», mais pas «majoritaire». Pourtant, le système d’assurance à l’exportation a été institué dans le cadre du plan quinquennal 1973-1977 comme outil de promotion des exportations et ceci au même titre que le Centre marocain de promotion des exportations (CMPE). Ce système a été géré pour le compte de l’État et sous son contrôle par la BMCE de 1976 à juillet 1988. Depuis cette date, le système d’assurance à l’exportation a été confié à la SMAEX qui le gère sous le contrôle de l’État. Néanmoins, l’opérateur a développé depuis une offre «privée» d’assurance à l’export, destinée à la fois aux PME et aux multinationale, avec une garantie globale qui couvre toutes les exportations et prestations de services à destination de pays étrangers ainsi qu’une assistance au recouvrement des créances, en contrepartie d’un droit d’ouverture de dossier et d’une rémunération au résultat.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page