Éco-Business

Bonnes perspectives pour le trafic maritime

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le trafic national devrait se situer à l’horizon 2019 à près de 91 millions de tonnes grâce entre autre au développement soutenu des conteneurs (+4,6%), à la croissance des vracs liquides (+2,5%) et celle des RoRo (+9,2%). 


Entre 2016 et 2019, le trafic maritime national devrait enregistrer une croissance annuelle moyenne en volume de 2,5%. Selon la note d’information relative à l’introduction en Bourse de Marsa Maroc (cf:www.leseco.ma). Cette progression devrait être la résultante essentiellement de l’évolution des échanges commerciaux. Le trafic national devrait se situer à l’horizon 2019 à près de 91 millions de tonnes grâce, notamment, au développement soutenu des conteneurs (+4,6%), à la croissance des vracs liquides (+2,5%) et celle des RoRo (+9,2%). Durant la même période, le trafic vracs et conventionnels devrait enregistrer une croissance moyenne annuelle d’1,3% pour atteindre 67 millions de tonnes en 2019 contre 64 millions de tonnes en 2016.

Cette performance s’explique  par la progression «soutenue» des importations des produits pétroliers (gasoil, essence, fuel…) qui profite de l’augmentation de la consommation. Ce bon comportement est également la conséquence «de la hausse des importations du GPL pour répondre à la demande des ménages et du secteur de l’agriculture», souligne la note d’information. À cela, il faut ajouter bien entendu la croissance des exportations des agrumes et primeurs, l’évolution des échanges commerciaux des produits sidérurgiques, la hausse des importations de bois. Cela dit, selon les prévisions, le trafic de conteneurs devrait atteindre un volume de 1.363 KEVP. «De nouvelles capacités permettront d’accueillir la croissance du trafic gateway, notamment le TC3 de Casablanca qui devrait être opérationnel à partir de fin 2016», lit-on dans la note d’informations.

Celle-ci souligne aussi que cette croissance serait due «à la poursuite de la tendance à la containerisation du trafic maritime marocain, à la croissance des exportations conteneurisées des primeurs et de l’industrie de la pêche à partir du port d’Agadir et à l’évolution des importations de machines et d’équipements destinés aux tissus industriels et agricoles ainsi qu’aux ménages». L’évolution du trafic de RoRo (742 K unités en 2019) serait le résultat de la poursuite des bonnes performances des exportations automobiles. Sur ce point, il est prévu qu’entre 2016 et 2019, la croissance annuelle moyenne du trafic de véhicules atteigne 12,2%. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page