Éco-Business

BMCE Bank Of Africa : La performance toujours au rendez-vous

La BMCE Bank of Africa franchit encore une fois de nouveaux seuils de performance et termine l’année avec une amélioration de ses résultats.


Bien que 2016 ait connu une conjoncture économique plutôt difficile, BMCE Bank of Africa s’en sort plutôt bien. La banque dirigée par Othman Benjelloun enregistre d’ailleurs des résultats forts, exceptionnels et historiques d’après son management.

D’ailleurs, le résultat net part du groupe franchit pour la première fois le seuil de 2 MMDH. Il a, en effet, grimpé de 4% à 2,04 MMDH. En outre, le total bilan de la banque a dépassé le cap des 300 MMDH pour se situer à 306 MMDH, souligne Driss Benjelloun, directeur général délégué en charge des finances & risques au sein de la BMCE Bank of Africa.

Une bonne performance opérationnelle
À l’origine de ces bonnes performances, un effort commercial soutenu sur le Maroc tout comme à l’international. À fin 2016, la banque affiche un produit net bancaire consolidé de 12,99MMDH en hausse de 10%. La marge d’intérêts y contribue à hauteur de 71%, les commissions à hauteur de 166%, les opérations de marché à hauteur de 9% et les autres produits à hauteur de 4%. Les revenus générés par le core business, c’est-à-dire le produit net bancaire du réseau commercial représentent 87% du produit net consolidé. Grâce à l’évolution des charges générales d’exploitation à un rythme moins soutenu que le produit net bancaire a permis de ramener le coefficient d’exploitation consolidé de 58,7% à 56,8%, en amélioration de 2 points de pourcentage sur la période. D’ailleurs, le résultat brut d’exploitation ressort à 5,61 MMDH en hausse de 15%.

L’Afrique représente un tiers du RNPG
Au niveau de l’effort de couverture des risques, la banque a fait progresser de 22% son stock de provisions à 9,1 MMDH. Cet effort significatif de provisionnement vise à assurer une couverture contre les risques de crédit potentiels avec une dotation aux provisions nette des reprises de 1,61 MMDH constituée au cours de 2016. Un coût du risque impacté par l’Afrique subsaharienne, notamment au Ghana et au Kenya entre autres. En conséquence, le taux de couverture des créances en souffrance passe de 58,3% en 2015 à 64% en 2016. In fine et malgré l’importante «hausse de la charge d’impôt en raison de la fin d’un régime de 15 ans d’un taux spécifique», selon le management, le résultat net part du groupe se fixe à 2,04 MMDH avec une contribution du Maroc de l’ordre de 59% et de l’international de 41%. Dans le détail, BMCE Bank contribue au RNPG à hauteur de 40%, l’Afrique à hauteur de 32%, l’Europe à hauteur de 9% tandis que les activités filialisées (au Maroc en l’occurrence) contribuent à hauteur de 19%.

Des parts de marché en hausse
Sur un autre registre, sur le marché local, la banque a su capter des ressources de l’ordre de 134,58 MMDH en hausse de 9,6%, soit une part de marché de 14,94%. Les dépôts des clients avancent de 8,1% portant l’encours global à 122,19 MMDH, octroyant à BMCE Bank Of Africa une part de marché de 14,53% à fin 2016 au lieu de 14,05% une année plus tôt. L’encours des comptes chèques est en hausse de 9,8% à 48,99 MMDH, soit une part de marché de 13,62%. Celui des comptes courants est également en amélioration de 18,2% à 17,91 MMDH, soit une part de marché de 12,8% (contre 11,45%).

L’encours des comptes sur carnet est aussi en hausse de 6,1% à 21,31 MMDH, soit une part de marché de 14,68% au lieu de 14,62%. L’encours des comptes à terme avance pour sa part de 4,8% à 30,28 MMDH, soit une part de marché de 18,29% contre 16,38% en 2015. Du côté des crédits l’amélioration est aussi au rendez-vous. Le total des crédits affiche une hausse de 9,7% à 118,59 MMDH, reléguant à la banque une part de marché de 14,94% au lieu de 14,28% une année plus tôt. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page