Éco-Business

Artisanat : le détail de la nouvelle feuille de route

La nouvelle feuille de route du secteur de l’artisanat se précise. Le ministère du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale a présenté, lundi, la dernière mouture de la nouvelle stratégie du secteur de l’artisanat (2021–2030), sous la présidence de Nadia Fettah Alaoui.

La stratégie de développement du secteur de l’artisanat, pour la période 2021-2030, est sur la bonne voie. En effet, le ministère du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, (Département de l’artisanat), a présenté,  le 26 juillet, la dernière mouture de la nouvelle stratégie du secteur de l’artisanat, pour la période 2021–2030, sous la présidence de Nadia Fettah Alaoui, et en présence du président de la Fédération des entreprises de l’artisanat, du vice-président de la Fédération des chambres d’artisanat, du directeur général de la Maison de l’artisan et des directeurs centraux du département de l’Artisanat. Notons que cette rencontre a été l’occasion de présenter les résultats de l’étude pour l’élaboration d’une nouvelle stratégie de développement du secteur de l’artisanat, pour la période 2021-2030.


Cette étude, lancée fin 2019 par le ministère de tutelle, s’est appuyée sur une démarche participative, incluant l’ensemble des parties prenantes du secteur, depuis le diagnostic jusqu’à la définition des projets stratégiques. Il s’agit, dans ce sens, des professionnels du secteur, des institutions représentatives aux niveaux territorial et central (Chambres d’artisanat et Fédération des entreprises d’artisanat), de la Maison de l’artisan, ainsi que des différents partenaires publics et privés.

Cette nouvelle stratégie, qui s’inscrit dans le cadre de l’exécution des Hautes Orientations Royales et des recommandations du Rapport sur le Nouveau Modèle de Développement, couvre toutes les composantes du secteur de l’artisanat, à savoir l’artisanat de production (à fort contenu culturel et utilitaire) et l’artisanat de service. «Tenant compte des difficultés rencontrées par les artisans, durant la pandémie de la Covid-19, l’ambition, tracée par la nouvelle stratégie, est de consolider les acquis des dernières années, tout en appuyant la transition progressive de ce secteur vers un artisanat structuré, modernisé et compétitif», a expliqué le département de Nadia Fettah Alaoui. Ainsi, la stratégie est articulée autour de cinq axes. Le premier concerne la structuration et l’accompagnement des acteurs, à travers des dispositifs d’appui différenciés, permettant de garantir une montée en gamme de l’offre artisanale, ainsi qu’un renforcement de la résilience et de la compétitivité des acteurs. Le second vise à moderniser les filières artisanales moyennant des actions ciblées, couvrant l’ensemble de leur chaîne de valeur. Le troisième axe se propose de valoriser le facteur humain, à travers l’amélioration du niveau de qualification des artisans, la valorisation de leur savoir-faire authentique et l’appui à leur inclusion sociale, en particulier les femmes artisanes et les acteurs en situation vulnérable. le quatrième axe vise à améliorer le cadre sectoriel par le renforcement de la veille et des compétences sectorielles, et enfin, le cinquième et dernier axe a pour ambition de préserver et mettre valeur le patrimoine immatériel marocain dans le secteur de l’artisanat.

La mise en œuvre de cette stratégie se veut «agile, dynamique et évolutive», assure-t-on auprès du département de l’Artisanat. Et ce, à travers trois phases d’exécution distinctes à l’horizon 2030 (relance, transformation, puis accélération), jalonnées par des étapes d’évaluation régulières, afin adapter l’action sectorielle en continu aux évolutions de la conjoncture nationale et internationale. Lors de la présentation de la stratégie, le département de tutelle a procédé à la signature de trois contrats programmes prioritaires, dans le cadre de la première phase, dite de « relance du secteur », couvrant la période 2021-2022. Le premier contrat porte sur un plan d’appui à la compétitivité des acteurs de l’artisanat, et les deux autres concernent les filières clés de la poterie-céramique et du tapis rural.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page