Éco-Business

Aquaculture : l’Union européenne donne un coup de pouce à l’ANDA

Dans le cadre du partenariat entre le Royaume du Maroc et l’Union Européenne, le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohamed Sadiki, a présidé la cérémonie de lancement du projet de jumelage, portant sur le renforcement de l’aquaculture au Maroc, le 13 avril 2022, en présence de Patricia Llombart Cussac, ambassadrice de l’Union européenne, et Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc. 

Du nouveau dans le secteur de l’aquaculture ! L’Union européenne va apporter son appui à l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA), à travers un projet de jumelage institutionnel, dont la cérémonie de lancement, a eu lieu la semaine dernière, sous la présidence de Mohamed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, en présence de Patricia Llombart Cussac, ambassadrice de l’Union Européenne et Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc.

Inscrit au titre du Programme de coopération multisectoriel «Réussir le Statut avancé» (RSA II), financé par l’Union Européenne, ce projet de jumelage institutionnel a pour objectif de soutenir les efforts de l’ANDA dans l’accompagnement à l’installation des projets aquacoles et de doter les opérateurs de ce secteur des outils pratiques de bonne gestion et de conduite des élevages tout en s’inscrivant dans une démarche de biosécurité.

L’initiative s’inscrit dans un contexte national marqué par l’amorçage de plusieurs projets d’investissement productif en aquaculture marine et une forte mobilisation des acteurs et des parties prenantes pour le développement d’un secteur aquacole durable et compétitif.

Un accompagnement  sur HUIT mois   

D’une durée de 8 mois, ce jumelage, financé par l’UE à hauteur 250.000 euros (environ 2,75 millions de DH), sera mis en œuvre en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation et le ministère de la Mer en France et géré avec l’appui de la direction du Trésor et des finances extérieures relevant du ministère de l’Économie et des finances du Maroc.

À noter que ce projet de jumelage avec la France sera d’un grand appui en matière de développement des bonnes pratiques dans le secteur aquacole. Il accompagnera le plan d’action lancé par l’ANDA, visant à doter les acteurs privés du secteur d’instruments pertinents et essentiels à leur positionnement sur l’échiquier des producteurs aquacoles responsables.

Dans ce cadre, une équipe d’experts français sera mobilisée pour le renforcement des capacités des acteurs institutionnels et des acteurs privés sur les volets de la biosécurité, des bonnes pratiques aquacoles et des démarches de labellisation des produits aquacoles nationaux.

259 conventions de création et d’exploitation de fermes aquacoles publiées au B.O en 2021

Rappelons qu’en 2021 un total de 259 conventions de création et d’exploitation de fermes aquacoles ont été publiées au Bulletin officiel. Parmi ces projets autorisés, 168 ont démarré l’installation de leurs fermes dans les différentes régions du Royaume pour une production à terme de plus de 80.000 tonnes/an et la création de plus de 2.000 emplois.

Outre ces projets en cours d’installation, l’ANDA a lancé, du 3 mars au 2 juin 2021, un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour la réalisation de nouveaux projets d’aquaculture dans les régions de Dakhla-Oued Eddahab, Guelmim-Oued Noun, Souss-Massa, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’Oriental. A l’issue de cet AMI, plus de 100 projets de fermes aquacoles ont été retenus pour une production cible de 100.000 tonnes/an.

Concernant l’aquaculture solidaire, il convient de préciser que l’ANDA assure également l’accompagnement administratif et technique de 116 projets aquacoles à caractère social, portés par des groupements de jeunes entrepreneurs et de coopératives de femmes et marins pêcheurs afin de les soutenir dans la concrétisation de leurs projets.

129 MDH pour les projets aquacoles à caractère social
Pour garantir l’inclusion de cette catégorie, le Département de la pêche maritime a mis en place un programme structurant qui vise l’appui financier de ces projets sociaux pour une enveloppe de 129 millions de DH. Outre l’appui technique, administratif et financier, un programme de formation théorique et pratique au métier de l’aquaculture est réalisé au profit des jeunes entrepreneurs et des coopératives en partenariat avec le Département de la pêche maritime pour lequel l’ANDA a mis en place trois fermes pédagogiques au niveau de Dakhla, Agadir et Ras Al Ma.

Dans le même sens et conscient de l’importance du renforcement des capacités en aquaculture, un projet d’appui au développement des métiers d’aquaculture au Maroc a été lancé par le Département de la pêche maritime du ministère de l’Agriculture, l’ANDA et l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) avec le soutien du Royaume de Norvège et du Royaume des Pays-Bas, pour un montant de 2,5 millions de dollars. Ce projet prévoit l’installation d’une station de démonstration et de formation pour la pisciculture et la conchyliculture à Sidi Ifni.

En matière de planification du littoral à des fins aquacoles, cinq plans d’aménagement aquacole régionaux sont réalisés au niveau des régions de Guelmim-Oued-Noun, de Laâyoune-Sakia El Hamra, de Casablanca-Settat, de Marrakech-Safi et de la lagune de Marchica. Ces plans d’aménagement aquacole ont fait ressortir un potentiel aquacole dépassant les 8.000 hectares.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page