Éco-Business

Aide au développement : Proparco cherche projets d’investissements

Pour les projets prioritaires identifiés dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et le transport dans les pays émergents, la filiale de l’AFD est prête à fournir des capitaux propres aux entreprises.


La filiale de financement du secteur privé de l’Agence française de développement (AFD) veut porter ses financements dans les pays émergents à 2 milliards d’euros à l’horizon 2020. Selon l’Usine Nouvelle, l’annonce a été faite par son nouveau président, Rémy Rioux, lors des Journées investisseurs de Proparco organisées le 23 novembre à Paris. À cette occasion, il a lancé à l’endroit des entreprises françaises installées dans les pays émergents que «le monde du développement et le secteur privé se sont rapprochés de manière décisive. Ceux qui apportent les projets et ceux qui les exécutent sont désormais les entreprises et les investisseurs». Autrement dit, les projets de développement ne sont plus l’apanage des seuls États. En effet, les chantiers sont aujourd’hui colossaux et divers, au point que de plus en plus d’entreprises se lancent dans leur réalisation. Cela tombe bien pour Proparco, soutenu par les engagements de la France en matière d’action climat, qui veut passer de 1,2 milliard d’euros (environ 12 MMDH) de projets financés en 2016 à 2 milliards d’euros (près de 20 MMDH) à horizon 2020.

Les projets d’aide au développement ciblés par Proparco sont en priorité ceux relatifs aux énergies renouvelables, à l’efficacité énergétique et au transport; cependant, les projets dans l’agriculture, l’agro-industrie, la santé et l’éducation figurent également dans la liste. Pour faciliter leur remontée jusqu’à Proparco, l’AFD va prochainement signer un accord de partenariat avec la banque Bpifrance. Objectif: mettre son réseau de 90 pays dans le monde au service des clients de Bpifrance. Il est à signaler qu’au-delà des prêts, Proparco veut renforcer son action en fournissant des capitaux propres aux entreprises locales. Ceci, pour rassurer les banques avec lesquelles il s’est engagé à financer des projets dans des pays à risque. C’est ainsi que son management veut porter l’equity, qui représente actuellement 15% de ses instruments, à 25% à l’horizon 2020. Dans ce cadre, l’Afrique, qui concentre déjà 35% de ses encours, restera une cible privilégiée. En 2015, Proparco a engagé 20 millions d’euros (environ 200 MDH) au Maroc à travers deux opérations en devise. La première opération portait sur une garantie accordée sur un projet industriel, et la seconde sur une ligne de crédit accordée à Al Baraka microfinance. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page