Éco-Business

Agriculture. Le programme Al Moutmir tient ses promesses

Les plateformes de démonstration d’OCP, installées aux quatre coins du royaume, commencent à livrer des résultats très encourageants. Pour l’olivier, elles ont enregistré une hausse de 34% du rendement à l’hectare, au titre de la campagne 2019-2020.

Un nouveau vent de dynamisme souffle dans l’agriculture marocaine ! Il est injecté par le groupe OCP, à travers son programme Al Moutmir qui fait «exploser» les rendements à l’hectare dans les diverses cultures concernées. Pour l’olivier, par exemple, les plateformes de démonstration Al Moutmir ont enregistré, au titre de la campagne 2019-2020, une augmentation du rendement à l’hectare de 34% par rapport aux rendements réalisés par les agriculteurs au niveau des parcelles témoins, indique le groupe OCP.


Le rendement moyen enregistré au niveau des plateformes de démonstration (PFD) a été, en effet, de 5.750 kg/ha, tandis que les parcelles témoins n’ont enregistré qu’un rendement moyen de 4.281 kg/ha. Du point de vue qualitatif aussi, Al Moutmir a eu un apport non négligeable. En effet, la conduite technique améliorée ainsi que l’utilisation des nouvelles technologies, notamment les produits de spécialité, ont contribué d’une façon remarquable à l’amélioration du poids et du calibre du fruit, à hauteur de 12% par rapport aux parcelles témoins, explique la même source.

Une marge bénéficiaire en hausse de 39% concernant le taux d’huile, les PFD ont enregistré une amélioration de 20% par rapport aux parcelles témoins, précise le groupe OCP, qui ajoute que du point de vue de la marge bénéficiaire également, le programme de production intégré adopté dans les plateformes de démonstration a abouti à une amélioration de l’ordre de 39%.

À signaler qu’au total, 1.195 plateformes de démonstration ont été installées, durant la campagne agricole 2019/2020, dans 30 provinces agricoles situées aux quatre coins du royaume. Parmi elles, les plateformes de démonstration d’olivier ont touché l’ensemble des variétés, types de conduite (bour, irrigation gravitaire et irrigation localisée) et modes d’exploitation (extensif et intensif) existants dans les différents bassins de production à l’échelle nationale, est-il précisé.

«Grâce à la présence d’une équipe composée de jeunes ingénieurs agronomes et d’experts, une approche scientifique et agronomique sera adoptée pour l’élaboration des ICP (Integrated Crop Program) /culture, tout en tenant compte des spécificités agro-climatiques de chaque site de production», note le groupe OCP, qui explique que l’équipe d’agronomes se chargera d’un suivi scientifique de façon régulière pour assurer la réussite de ces plateformes et évaluer la performance agronomique de chaque composante du rendement.

Utilisation d’engrais de haute qualité en attendant, signalons que l’offre PFD Al Moutmir du groupe OCP atteint ces performances parce qu’elle utilise aussi des intrants de très haute valeur ajoutée. C’est le cas de l’engrais azoté Duramon, caractérisé par la technologie slow release qui garantit une nutrition équilibrée aux cultures. De plus, les PFD olivier ont connu l’introduction d’une large gamme de bio-stimulants et produits de spécialité qui stimulent les processus naturels racinaires ou aériens pour améliorer et avantager l’absorption des nutriments, leur efficience, la tolérance aux stress abiotiques et la qualité des cultures.

Ces produits et techniques agricoles permettent aux agriculteurs d’adopter les meilleures pratiques agricoles pour pouvoir augmenter les rendements et les gains à l’hectare. Rappelons que l’initiative Al Moutmir semi-direct intervient dans le cadre des efforts déployés par OCP en vue de contribuer à la promotion de mesures d’adaptation de l’agriculture marocaine aux changements climatiques, via un développement agricole résilient. En effet, le semi-direct est une solution technologique qui permet d’augmenter la résilience de l’agriculture face aux changements climatiques.

Il consiste à utiliser des semoirs adaptés avec zéro labour, préservant ainsi les sols, les stocks d’eau, et à contribuer au développement de la vie microbienne des sols. Introduite par plusieurs institutions et partenaires nationaux, notamment le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, l’Université Mohammed VI Polytechnique à Benguerir, l’INRA… la technique du semi-direct bénéficie d’un programme national très ambitieux qui a du mal à atteindre sa vitesse de croisière à cause des investissements importants qu’il requiert.

C’est pourquoi OCP a mis en place l’initiative Al Moutmir semi-direct, dont l’objectif est de soutenir considérablement cette lancée et d’accélérer ainsi l’adoption du semi-direct à l’échelle nationale, en tant que levier clé du nouveau modèle de transition agro-écologique de l’agriculture dans notre pays.

600 plateformes de démonstration dans 76 communes au profit de 2.000 agriculteurs partant, l’initiative Al Moutmir porte sur un programme à portée nationale qui devra couvrir plus de 10.000 hectares (95% en céréales, 4% en légumineuses et 1% en cultures oléagineuses et textiles – colza et lin) sur 600 plateformes de démonstration dédiées, dans plus de 76 communes territoriales, au profit de 2.000 agriculteurs et agricultrices qui bénéficieront d’une mise à disposition de 35 semoirs à travers leurs coopératives et associations agricoles. Ce programme a été pensé et mis en œuvre dans le cadre d’une approche participative fédérant plusieurs acteurs : associations et coopératives, experts scientifiques, experts de l’agriculture de conservation, industriels…

Les semoirs sont mis à la disposition des coopératives qui sont chargées de déployer le programme selon un cahier des charges établi en coordination avec les ingénieurs agronomes d’Al Moutmir. 

Aziz Diouf / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page