Éco-Business

Agriculture durable : Bayer affiche ses ambitions

La filiale locale de la multinationale a organisé, mardi à Casablanca, la seconde édition de sa Bayer corporate day sur le thème «Conduire le changement durable en Afrique», sous la présidence de Redouane Arrach, secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. L’occasion pour le staff dirigeant du groupe pharmaceutique d’afficher les nouvelles ambitions de sa Division crop science qui n’hésite pas à sonder les opportunités qu’offre l’innovation sociale. 

«Conduire le changement durable en Afrique». C’est sur ce thème, on ne peut plus ambitieux et orienté vers l’agriculture de précision, que la filiale locale de la multinationale Bayer a axé la deuxième édition de sa Bayer corporate day, tenue mardi à Casablanca, sous la présidence de Redouane Arrach, secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, en présence de plusieurs personnalités des secteurs de l’agriculture et de l’économie sociale.

Selon Jean-Baptiste Boulay, directeur général de Bayer North Africa, «la Bayer corporate day vise plusieurs objectifs. Premièrement, nous voulons sensibiliser sur l’enjeu de l’innovation dans l’agriculture. Comment l’innovation va permettre à l’agriculture de se transformer et de se décarboner, notamment en consommant moins d’énergie et en produisant plus avec moins de ressources et d’intrants. Deuxièmement, c’est de débattre de l’innovation sociale, parce que l’agriculture, c’est le monde rural qui totalise 40% des emplois directs et indirects au Maroc, et contribue à hauteur de 15% au PIB.

L’enjeu social est majeur, l’inclusion sociale aussi. Sur ce point, nous voulons débattre sur comment fixer l’agriculture et les agriculteurs dans les zones rurales, et leur assurer un revenu pérenne ? Enfin, le troisième objectif de notre rencontre est de connecter des startups innovantes, avec qui nous travaillons, à d’autres partenaires que nous avons invités». L’animation de l’événement a eu lieu, en effet, à travers deux panels et une exposition d’une dizaine de startups venues présenter leurs trouvailles dans l’agriculture de précision, également connue sous les appellations d’agriculture durable et d’agriculture décarbonée.

Atteindre 50 millions de petits agriculteurs d’ici 2050
Lors du premier panel intitulé «Quelle innovation pour l’agriculture de demain ?», Boulay a déclaré que l’ambition de Bayer est d’atteindre la neutralité carbone en 2050. À la même échéance, la multinationale voudrait également donner accès à ses innovations en agriculture durable à 50 millions de petits agriculteurs, ce qui permettrait de baisser les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture de 30%. Autant le dire tout de go, gagner la partie ne sera pas du tout une mince affaire !

Des défis titanesques à relever
Les défis à relever sont énormes. Celles exogènes, induites par le changement climatique dans les quatre coins du monde et les sécheresses récurrentes, couplées aux conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ont fait voler tout espoir de sécurité alimentaire dans plusieurs zones géographiques et, notamment, en Afrique. Le stress hydrique donne le tournis. Il faut 30 milliards de dollars pour produire 50% de l’eau dont l’Afrique aura besoin en 2050. Au Maroc, le pays compte 140 grands barrages, mais la guerre de l’eau n’est pas encore gagnée, même si des stations de dessalement d’eau de mer voient de plus en plus le jour dans plusieurs régions.

À ces défis, s’ajoutent ceux liés aux sols (acidité, salinité, matières organiques…), à l’usage de l’engrais (20 quintaux à l’hectare contre plus de 100 q/ha en Europe). Bref, face à ces défis, Bayer reconnaît que l’innovation à elle seule ne suffira pas. La multinationale, qui compte une trentaine de fermes expérimentales en Europe, va également en ouvrir au Maroc, et plus tard en Afrique, pour donner tout ce qu’elle peut dans ce domaine.

Ceci étant, elle a également tenu à sonder un autre levier, en l’occurrence «l’innovation sociale» qui était le thème du second panel. Les expériences inspirantes d’AgriEdge, la business unit de l’Université polytechnique Mohammed VI, de la Fondation Abdelkader Bensalah et du cabinet Déclic ont été présentées. À Bayer de les utiliser pour construire son modèle qui lui permettra de bâtir une agriculture durable, résiliente et inclusive pour le Maroc et l’Afrique où elle nourrit tant d’ambition.

Green Deal : 115 millions d’euros de l’UE attribués au Maroc

La Commission européenne va débloquer 115 millions d’euros pour soutenir le développement «écologique, inclusif et innovant» des secteurs agricole et forestier du Maroc. Intitulé «Terre verte», ce programme, qui s’inscrit dans le cadre du partenariat signé récemment entre Rabat et Bruxelles, vise à contribuer aux stratégies nationales «Generation green» et «Forêts du Maroc», sur la période 2020-2030.

Redouane Arrach
Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts

«Au Maroc, seules 33% des entreprises intègrent les questions de changement climatique dans leurs processus de prise de décision, et seulement 17% ont un collaborateur dans ce domaine».

Tarik Maaroufi
Chief Executive Fondation Abdelkader Bensalah

«Aux Régionales de l’innovation sociale, il a été révélé que le tiers secteur pourra créer 50.000 nouveaux emplois par an, d’ici 2030, et contribuer à hauteur de 8% au PIB».

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page