AutoMaroc

Ventes de voitures neuves : le dernier bilan au Maroc

Le marché du neuf enregistre une légère croissance d’environ 6% au terme d’un mois à 28 jours, soldé par la vente d’un peu plus de 14.000 véhicules. Même si le spectre d’une éventuelle pénurie de véhicules plane sur les importateurs, tout laisse espérer que l’année 2021 sera bien plus animée que 2020. 

Petit à petit, le marché du neuf reprend des couleurs. C’est ce que laissent croire les dernières statistiques collectées et communiquées par l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (Aivam) qui font état de 14.111 unités vendues, toutes marques et catégories confondues, incluant les voitures particulières (VP) et les véhicules utilitaires légers (VUL). Ce volume en croissance de 5,84% par rapport à février 2020 hisse le cumul à 27.446 unités vendues, soit une progression annuelle de 6,2%. Bien que les importateurs et distributeurs s’inquiètent toujours quant aux disponibilités prochaines de véhicules dans leurs arrivages du fait d’une pénurie mondiale en puces et semi-conducteurs, tout laisse penser que le marché du neuf est bien parti pour faire mieux qu’en 2020. La pluviométrie est bonne, les vaccinations contre la Covid-19 vont bon train et il y a toujours un gros besoin chez les Marocains de s’équiper en véhicules.


Groupe Renault, une PDM en légère baisse
C’est d’ailleurs cette dernière donne qui permet à Dacia de continuer à réaliser de gros volumes mensuels. Ce sont ainsi 3.632 véhicules de la marque roumaine qui ont été livrés les mois derniers, soit un volume en baisse de 3,7% par rapport à février 2020. À l’inverse, Renault a vendu 37,5% de plus qu’en février 2020, soit 1.830 véhicules, dont près de 1.000 portent le nom «Clio». Malgré cela, la part de marché (PDM) du groupe Renault tombe sous la barre des 40% à 39,55% précisément. Les choses devraient changer dans les semaines qui suivent avec l’arrivée des nouvelles générations des Sandero et Logan montées localement et qui, fortes de leurs nouvelles silhouettes, sont promises à un plus gros succès, ce qui permettra aux ventes de Dacia de repartir à la hausse. Bien installée sur la troisième marche du podium et dans le vert (+6,7% de croissance), Hyundai a livré en février un volume similaire à celui de janvier dernier, soit 1.058 véhicules dont plus de 450 unités de la petite berline Accent.

Opel continue sa percée
Quatrième au classement, Peugeot totalise 1.879 véhicules vendus en 2021, dont 1.127 livrés le mois dernier. La marque au lion améliore sa PDM à 6,85% (contre 5,64% en janvier) et capitalise sur le succès grandissant de ses nouveaux modèles. C’est le cas de la 208 qui a séduit quelque 450 clients en février et du SUV 3008 restylé qui a bien démarré sa carrière non loin des 200 unités vendues le mois dernier. Fermant le top5, Volkswagen a livré plus de 700 véhicules en février, dont 40% portent le nom «Caddy».

La marque affiche un repli de 14,6%, principalement par manque dans ses stocks d’un best-seller mondialement prisé : le Tiguan. Dans la seconde moitié du top10, Citroën (6e) est aussi dans le rouge (-10%), mais se maintient essentiellement grâce à deux modèles : le Berlingo et la C3 qui représentent près de 80% de ses ventes ! Fait marquant en février, Opel a pris le dessus sur Fiat pour occuper le 7e rang au classement. La marque allemande du groupe Auto Hall a livré 568 véhicules dont une bonne part de ses deux modèles, la Corsa et le Crossland X qui ont réalisé, à eux seuls, plus des deux tiers de ses ventes. Viennent ensuite Fiat (8e) et Toyota (9e), qui réalisent quasiment le même volume en février (environ 500 ventes), mais affichent des évolutions annuelles contrastantes, soit -8% pour la marque italienne et +9,5% pour le label nippon. Fermant le classement, Ford se maintient à l’équilibre et devrait pouvoir remonter la pente une fois ses stocks de nouveautés (Focus, Kuga) suffisamment alimentés.

L’utilitaire et le premium carburent
Dans le reste du marché, des marques comme Nissan, Kia et Skoda affichent de belles progressions, soit respectivement +39%, +65% et +102%, pour des volumes de ventes de plus en plus significatifs, en particulier pour la marque tchèque. Sur un tout autre registre, les affaires vont bien pour la plupart des labels battant pavillon haut de gamme. Audi crée la surprise et prend le leadership du segment après avoir livré près de 550 véhicules, dont 314 le mois dernier. La marque aux anneaux affiche une croissance de 70% à fin février doit toujours son salut au Q5 qui a réalisé un quart de ses livraisons, mais aussi à un bon mix des ventes entre des modèles comme le Q3, la gamme A3 et la berline A4. Juste derrière, Mercedes totalise 440 VP vendues, dont 262 en février et se maintient à l’équilibre par rapport à l’an dernier. BMW réalise une progression à deux chiffres (+12,8%) après avoir cumulé 423 ventes, suite à un bon mois de février (222 unités). Haut de gamme toujours, Porsche parvient à livrer 23 véhicules en février, portant son cumul à 73 unités et enregistrant une croissance annuelle à trois chiffres (+151%) ! Enfin, du côté des véhicules utilitaires légers (VUL), c’est toujours DFSK qui domine. La marque chinoise importée, assemblée et distribuée par le groupe Auto Hall améliore même sa PDM à près de 22% et affiche une croissance annuelle de 52%. Un leadership solide que rien ne devrait perturber, pas même l’arrivée prochaine des utilitaires Tata dans le réseau de Global Engines, importateur de Hyundai.

Jalil Bennani / Les Inspirations Éco Auto

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page