AutoSports

Dakhla Grand Prix Omar Bekkari : un rallye classique pour une cause historique

Conjuguant passion pour les voitures classiques et patriotisme pour les provinces du Sud, la première édition du Grand Prix historique de Dakhla a été couronnée de succès. Coulisses.

Manifester son attachement à la marocanité du Sahara, tout en étalant la qualité et la diversité du patrimoine national en voitures d’époque. Telles sont les deux intentions ayant motivé la Fédération marocaine des véhicules anciens (FMVA) pour l’organisation de la première édition du «Dakhla Grand Prix Omar Bekkari». Un événement qui devait initialement s’appeler «Dakhla Grand Prix Historique», mais qui a été rebaptisé en hommage (posthume) à l’un des plus grands collectionneurs marocains de tous les temps. En effet, et à moins de dix jours de l’événement, Omar Bekkari a rendu l’âme suite à une longue maladie, alors qu’il s’était inscrit et tenait à se rendre à Dakhla ainsi qu’à El Guerguarat. Ce sont bien les deux destinations ayant abrité cet événement, qui a réuni quelque 250 personnes (tous préalablement testés négatifs à la Covid-19) et qui a eu comme préambule un aller-retour entre les deux villes. Un itinéraire de près de 750 km (2 fois 367 km) qui a vu s’élancer, au petit matin, 76 véhicules d’époque pour atteindre le poste frontière d’El Guerguarat. Une nationale peu sinueuse, voire pas du tout, mais aux conditions de roulage éprouvantes, dont une route étroite, une chaleur élevée (32°) et de la poussière de sable.


Malgré cela, la quasi-totalité du convoi est arrivée à bon port, au grand bonheur des autochtones qui ont pu découvrir ces belles voitures. Entre autres stars de ce plateau, figuraient des Ford Mustang, des Porsche 911, des Citroën DS et 2 CV, des BMW, des Volkswagen, beaucoup de Mercedes, une Datsun 240Z, une Morgan et même une Rolls-Royce Wraith des années 40 ! Des belles d’antan conduites par des collectionneurs marocains, dont certains ont fait le déplacement depuis l’Europe. Au lendemain de cette virée de communion à El Guerguarat, les participants ont mis le cap au centre-ville pour disputer le Grand Prix de Dakhla. Une course de régularité, bataillée à une vitesse de 40 à 45 km/h, sur un circuit de 2 km délimité par des bottes de paille placées de façon à matérialiser des obstacles, des manœuvres de direction ou des virages en épingles. Après un premier tour de reconnaissance, les véhicules ont effectué deux tours durant lesquels ils ont été chronométrés. Signe du destin ou maîtrise du pilotage (de régularité), ce n’est autre que Salim Bekkari, le fils du défunt, qui a remporté l’épreuve au volant d’une Porsche 911.

Reda Meziane Belfkih (2e) et Jamie Sadi (3e) complètent le podium, tandis que deux autres prix ont été attribués, portant en eux les noms de Citroën et Peugeot. Ceux-ci visent à encourager Sopriam, l’un des sponsors majeurs de l’événement, mais aussi et surtout ces collectionneurs engagés dans la course et dans la préservation de leur véhicule badgé du lion et du double chevron. Bref, une première édition réussie bien que préparée en un temps record (deux mois), en attendant d’autres événements prévus par les organisateurs. «C’est de fort belle manière que la FMVA débute son planning d’activités pour cette nouvelle année 2021», s’est ainsi félicité devant les médias, Khalid Kabbaj, président de la FMVA. Organisateurs et participants ont ainsi partagé leur passion pour l’automobile et leur amour pour la patrie en découvrant la beauté du Sahara marocain et en prouvant, aussi, que cette région est une zone paisible et sécurisée.

Jalil Bennani / Les Inspirations Éco Auto

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page