Sports

Trois clés pour comprendre la qualification des locaux

La sélection marocaine des joueurs locaux a réussi à décrocher son billet pour les demi-finales du CHAN 2018. En effet, les poulains de Jamal Sellami sont venus à bout de la Namibie, deuxième du groupe B, par le score de deux buts à zéro. Le premier but de la rencontre a été inscrit par le billet d’Ayoub El Kaâbi après une passe de Walid El Karti à la 36e minute de la rencontre. L’attaquant de la RSB de Berkane devient ainsi le buteur historique du CHAN avec six réalisations. Le second but a été l’œuvre d’un duo Wydadi. Un corner tiré par Achraf Bencharki à la 54e minute trouve la tête de Salaheddine Saidi, qui loge la balle dans la lucarne gauche. Le milieu de terrain a été choisi par la CAF comme le meilleur joueur de la rencontre, homme du match.


Nous vous proposons trois clés pour comprendre la qualification des locaux à la demi-finale.

 Un stade archiplein

Annoncée comme un enjeu phare de ce CHAN, la présence des supporters a surpris plus d’un. Le championnat n’a jamais mobilisé grand monde ou déchainé les ferveurs des amateurs du ballon rond mais c’était sans compter sur le public casablancais. Les supporters ont investi le stade très tôt et ont joué à merveille leur rôle du douzième homme, ce qui a compliqué la mission des namibiens, déjà ardue. Ils ont constitué un soutien moral important aux locaux et n’ont cessé d’encourager les lions et siffler les joueurs namibiens, ce qui les a empêchés d’enchaîner trois passes. En gros, le public casaoui n’a pas seulement aidé l’équipe nationale mais a aussi sauvé cette compétition, habituée à se jouer devant des gradins vides.

Un Kaâbi rayonnant

Le sélectionneur a essuyé plusieurs critiques après la non-sélection de Mehdi Naghmi, meilleur buteur de la Botola Pro cette saison. Jamal sellami n’a cessé de déclarer qu’il devait faire des choix et les prestations de son numéro 9 réconfortent ses décisions. Depuis le premier match, El Kaâbi a été hermétique à la pression et a enchaîné de bonnes prestations. Un doublé face à la Mauritanie, un coup de chapeau face à la Guinée, un but en quart de finale et le tour est joué. Il devrait remporter sans grande surprise le trophée du meilleur buteur de cette édition du CHAN. D’ailleurs, l’ancien du RAC de Casablanca et meilleur buteur de la deuxième division la saison dernière est devenu buteur historique de la compétition avec ses six pions. Ses prestation n’ont pas laissé indifférents les recruteurs et on commence à parler depuis le début de la compétition d’offres de transfert, en majorité des pays du Golfe. Il est même scruté de très près par le staff d’Hervé Renard, qui souhaite le convoquer chez les A lors des prochains matchs amicaux.

 

La cohésion d’équipe 

«Il est plus difficile de créer de la cohésion dans un groupe que dans une équipe. Une équipe est un ensemble de personnes qui travaillent ensemble en vue d’accomplir un objectif commun. Le nôtre est de remporter ce championnat» cette déclaration de Jamal Sellami résume la situation de l’équipe nationale des joueurs locaux. En meneur d’hommes, Sellami a su choisir des éléments engagés et motivés puis leur trouvé le cadre tactique adéquat, ce qui a rendu son équipe performante. Et cela se voit sur le terrain : Les joueurs communiquent entre eux et sont solidaires. Mêmes les joueurs offensifs tels qu’EL Kaâbi et Bencharki reviennent défendre et forment le premier rideau défensif à la perte du ballon. Les défenseurs quant à eux sont généreux et venaient au soutien du milieu de terrain et de l’attaque systématiquement. Le groupe vit bien et les résultats suivent logiquement.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page