Opinions

Ne cherchez pas tout sur Google

C’est surprenant. Alors que la crise du Covid-19 avait accéléré la digitalisation et les services en ligne, Google ne semble pas avoir la volonté d’être un acteur important dans le secteur des voyages. Et pour cause, le groupe a annoncé l’arrêt progressif de son service «Book on Google». Ce qui veut dire que la réservation de billets d’avion en ligne ne sera plus possible via son service, tandis que celle des hôtels a elle aussi été stoppée en cours d’année.

Google explique ce retour en arrière par des réservations jugées trop peu importantes, mais la vérité est ailleurs. La pression exercée par les agences de voyages européennes, qui craignaient de voir Google écraser la concurrence, a sans doute été décisive, d’autant plus que le géant américain a d’autres priorités. La peur de voir le numérique faire de l’ombre aux agences de voyage est mondiale. Chez nous, une récente loi censée réglementer l’obtention des licences d’Agence de voyages fait polémique.

Ce que craignent les patrons d’agence, c’est que des plateformes numériques qui n’ont aucun savoir-faire fassent de la concurrence déloyale et biaisent le marché. Ce qui provoquera, selon eux, une véritable anarchie dans le secteur. Amal Karioun, professionnel du voyage (lire page 5), invite le Maroc à prendre en compte l’exemple turc qui «protège ses agences de voyages tout en interdisant la fuite de devises du pays». Conclusion: le numérique c’est bien, mais encore faut-il le contrôler.

Hicham Bennani / Les Inspirations ÉCO

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page