Opinions

Est-ce «Moumkin» ?

Quand en finira-t-on avec ce débat sur la fiabilité des chiffres de l’emploi ? Depuis des années, les tiraillements entre gouvernement et opposition sont récurrents à propos de la base de calcul des statistiques du marché du travail. Or, ce que les uns et les autres semblent oublier, dans le feu de l’action, c’est que ces controverses animent la scène politique, mais ne règlent nullement le problème à sa source. Que l’on parle de centaines, voire de milliers de postes d’écart, la vraie équation à résoudre demeure celle de l’adéquation entre la formation et le marché, ainsi que de la corrélation nécessaire entre taux de croissance et création d’emplois.

Le Plan national de promotion de l’emploi n’a vu, à ce jour, se concrétiser que 52% de ses différents objectifs. L’atteinte des 100%, est-ce «Moumkin» (Ndlr: dénomination donnée au Plan national de promotion de l’emploi)? Rien n’est moins sûr, du moins pas avant qu’un sérieux déclic n’ait lieu au cours de la démarche suivie jusqu’à présent. Pour ce qui est de la création d’emplois, par exemple, le gouvernement doit se rendre à l’évidence : la finalité n’est pas de claironner chaque fois qu’un investissement est annoncé, avec un chiffre prévisionnel de recrutements. Encore faut-il être à même d’offrir des conditions et un cadre légal permettant de préserver ces jobs. Autre point important, alors que la dynamique de la régionalisation avancée est en marche, certaines régions demeurent très loin du compte pour ce qui est de la situation de l’emploi.


À ce titre, les autorités locales doivent fournir davantage d’efforts pour changer la donne habituelle des statistiques régionales.

D’ailleurs, et c’est la finalité à laquelle il faudrait aspirer : c’est une approche de régionalisation pleine et entière qu’il faudrait inscrire dans la feuille de route de l’emploi. Nous avons besoin d’une telle émulation, où toutes les composantes seront au service de l’employabilité, et assimileront tant les jeunes diplômés que les personnes ayant perdu leur emploi ou même celles opérant dans l’informel. Compliqué, oui, mais nécessaire ! 

Meriem Allam / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page