Opinions

Cap sur l’inflexion

Était-ce réellement une surprise ? Bank Al-Maghrib a brisé la règle observée depuis maintenant deux années et consistant à garder inchangé le taux directeur, en dépit de tous les facteurs conjoncturels exogènes. Plus que jamais, il s’agit de freiner l’élan de l’inflation et de limiter la dégradation du pouvoir d’achat qui se réduit comme peau de chagrin. Et même si notre Banque centrale faisait exception jusque-là, ayant plus que temporisé avant de toucher au taux directeur, ce n’est pas tant la décision de la hausse qui a étonné la sphère économique que l’ampleur du relèvement opéré. 50 points de base, ce n’est pas rien ! Mais la diffusion de la cherté détectée sur les produits non échangeables n’est pas non plus de moindre importance.

Surtout lorsqu’on apprend que sur les 116 sections de produits et services composant le panier de référence de l’indice des prix à la consommation, 60,3% ont connu une augmentation de plus de 2% en août contre 42,2% en janvier 2022 et 23% en moyenne entre 2018 et 2019. L’argument est certes de taille, mais parmi les analystes, l’on s’inquiète aujourd’hui de savoir le crédit plus cher, et donc la capacité financière des ménages et des entreprises davantage menacée d’érosion.

L’on s’interroge également sur la pertinence de relever le taux de 50 points de base quand il s’agit, comme on ne cesse de le souligner, d’une inflation importée. Maintenant, ce qui est fait est fait, et il nous faudra encore attendre quelques mois avant que l’inflexion de la courbe ne soit réellement perceptible. Le retour de l’inflation à un niveau de 2,4% est attendu par BAM en 2023, mais d’ici là, c’est sur ses principaux déterminants qu’il faut, activement et urgemment, travailler.

Meriem Allam / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page