Opinions

Aid Al Adha 2022 : le mouton au goût amer ?

Plus que quelques semaines nous séparent de la célébration de l’Aïd Al Adha, et pour une fête du sacrifice, c’en sera vraiment une étant donné les prévisions relatives aux prix des moutons.

Elle aura vraisemblablement un goût relevé de cherté car les éleveurs sont dans une situation qui n’est guère enviable. Les prix des aliments et autres intrants ont explosé. Couplés à la faiblesse des précipitations et aux difficultés financières déjà traînées auparavant, ces différents facteurs font que nombre d’entre eux ont choisi cette année de ne pas miser sur «l’opportunité» de l’Aïd.


Trop cher, comme coût de revient, pour ce que nous devrions en encaisser, nous confient plusieurs d’entre eux. Sénégal, Tunisie, Algérie… même sous d’autres cieux, les prévisions tablent sur une augmentation des prix des moutons. Mais là n’est pas seulement la seule perspective corsée dans l’activité : les professionnels craignent, en effet, de ne pas vendre suffisamment pendant la période censée être celle du rush, et de se retrouver contraints de brader leurs bêtes à la veille ou au lendemain du jour J. Un carnage financier pour eux !

Heureusement, le cheptel, déclaré pour l’instant, est suffisant et en bonne santé. Car si la rareté était venue s’en mêler, la fête aurait eu un goût autrement plus amer. Les services sanitaires recensaient, dans leurs récentes communications, plus de trois millions d’ovins et caprins destinés à l’abattage.

Un chiffre qui devrait atteindre les sept millions, selon l’ONSSA, soit le même volume que l’année dernière. Pourtant, en 2021 justement, l’on avait également assisté à une flambée des prix en dépit de l’abondance de l’offre. La facture de l’importation des principales céréales fourragères avait impacté le marché, sous le coup de la flambée constatée sur les marchés internationaux.

Et encore, à ce moment-là, le monde ne voyait même pas venir l’éclatement de la crise en Ukraine avec ce qu’elle a infligé aux cours des céréales. Depuis, bien des choses ont changé…

Meriem Allam / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page