Maroc

Véhicules d’occasion: les concessionnaires ont encore du chemin à faire, selon Fabrice Crevola

À l’occasion d’une table ronde de la 9e édition du «Cercle des Éco», concept du groupe «Horizon Press», quatre experts en la matière ont répondu à nos questions.

Si le terrain n’était pas favorable pour les importateurs de véhicules neufs avant l’application de ce nouveau régime fiscal, ce n’est toujours pas le Pérou, aujourd’hui ! Les professionnels du VN ont dû apprendre un nouveau métier, créer de nouveaux process et faire face à un contexte loin d’être facile, ainsi que nous l’explique Fabrice Crevola, DG de RCM et directeur de la marque Dacia au Maroc : «On a lancé l’activité en essayant de capitaliser sur l’expérience très importante accumulée en Europe.

On l’a démarrée il y a plus de trois ans comme un «test and learn». C’est un apprentissage à 100%, notamment pour les commerciaux VN, qui n’avaient ni les process, ni les outils pour proposer une reprise. Ce n’est absolument pas dans la culture. Proposer une reprise, expertiser le véhicule d’un client, sont des opérations qui nécessitent une organisation. L’idée, c’était de partir petit pour mieux comprendre les tenants et aboutissants et en faire, ensuite, une vraie activité. On a pu le faire car on partait de zéro, vu que ça n’a jamais été un pilier d’activité des concessionnaires au Maroc.

Il a donc fallu tout créer : les systèmes internes, les effectifs, mais aussi les compétences, étant donné qu’un commercial VO n’a pas le même profil qu’un commercial qui vend des véhicules neufs. C’est l’ensemble de l’activité qu’il a fallu créer de toutes pièces. Ce n’est pas simple. Et ça l’est d’autant moins qu’il y a des freins au développement de l’activité. On a mis du temps. On y est depuis quatre ans, et on réalise encore des volumes très faibles».

Un long apprentissage
Dans un marché quasiment quatre fois plus gros que celui du neuf, les volumes réalisés par les marques automobiles ayant démarré une activité VO sont anecdotiques, en effet. Si Renault Commerce Maroc est la locomotive des ventes sur le marché local du neuf, son antenne VO, née Renault Sélection à l’été 2018 et devenue Renew en juin 2022, n’est pas logée à la même enseigne. «Aujourd’hui, on fait essentiellement de l’activité VO sur Casablanca, dans les sites de nos succursales, en direct. On commence à peine à la déployer auprès de concessionnaires privés au-delà de Casablanca, sur les grandes villes du Royaume. Mais on est au tout début de l’histoire.

À Casablanca, les volumes ne progressent pas comme on le souhaiterait. Pour vous donner un ordre d’idées, on va faire autour de 900 véhicules d’occasion cette année, et on a l’ambition de réaliser 1.200 transactions l’an prochain. Vous voyez de quoi on parle ? En interne, on se fait plaisir. La progression serait énorme. Mais, on part de rien, en fait ! Ces chiffres sont à mettre en perspective avec le potentiel du marché, avec les chiffres qui viennent d’être communiqués, mais aussi avec les 40% de PDM que réalisent Dacia et Renault sur le marché du neuf. En réalité, on n’existe quasiment pas sur le VO. Et les autres marques non plus», a déclaré Crevola. Et de tempérer ses propos en indiquant que l’activité a quand même réussi à démarrer, que les efforts considérables consentis par les marques n’ont pas été vains : «C’est balbutiant, mais on progresse.

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page