Maroc

Souss-Massa : la Chambre d’agriculture se penche sur sa nouvelle stratégie

La multiplication des acteurs et l’interférence des rôles engendrent un nouveau défi, celui du positionnement de la Chambre d’agriculture dans cette panoplie d’acteurs de développement agricole, d’où le lancement de sa nouvelle stratégie pour la période 2022-2027.

Au-delà de sa mission de représenter et défendre les intérêts des agriculteurs et des éleveurs auprès des pouvoirs publics, la Chambre d’agriculture de la Région Souss-Massa entend redynamiser son rôle. Pour ce faire, elle s’apprête à déployer sa nouvelle stratégie pour la période 2022-2027.


Dans une optique de poursuite de la dynamique de développement, concrétisée par l’achèvement de la stratégie 2016-2021, elle a lancé l’étude afférente à l’élaboration d’une nouvelle vision stratégique par laquelle elle vise l’alignement sur les orientations et les objectifs de la stratégie de développement «Génération green 2020-2030» et sa déclinaison en PAR (Plan agricole régional).

Déjà réalisé par l’Office de mise en valeur agricole du Souss-Massa, le PAR changera d’échelle en doublant sa capacité de projets. Selon la chambre régionale d’agriculture, l’idée est d’aboutir à une meilleure organisation, axée sur les résultats, tout en mettant en évidence ses forces et ses faiblesses.

Il s’agit, pour ce faire, de formuler des plans d’action prioritaires pour profiter de toutes les opportunités dans le cadre de cette feuille de route redimensionnée. Opérateur clé de développement agricole régional -particulièrement après la refonte de son cadre juridique- la Chambre d’agriculture de la Région Souss-Massa est appelée à jouer un rôle d’accompagnateur et de stimulateur dicté par ses deux missions phares : la représentativité de la profession et l’appui au développement rural.

L’interférence des rôles engendre un nouveau défi


Toutefois, la multiplication des acteurs et l’interférence des rôles engendrent un nouveau défi, celui du positionnement de la Chambre d’agriculture parmi cette panoplie d’acteurs de développement agricole. Un souci qui s’impose de plus en plus avec la mise en œuvre de la régionalisation avancée.

C’est dans ce cadre que la Chambre d’agriculture de la Région Souss-Massa a élaboré une première stratégie sur la période 2016-2021, qui a été validée par les instances de gouvernance de l’établissement. Axée sur cinq phases, la nouvelle étude pour la mise en place d’une stratégie actualisée (sur la période 2022-2027) porte -outre l’élaboration de la stratégie proprement dite- sur une opération de cadrage, un diagnostic de l’existant et la mise en place d’outils de suivi et de pilotage.

Alors que l’objectif du diagnostic fonctionnel est de réaliser une étude des fonctions internes, la chambre -à travers la matrice Swoft- procédera à l’analyse de son environnement en vue de déterminer son positionnement sur l’échiquier agricole tout en identifiant les besoins prioritaires du secteur.

Par ailleurs, la finalité du dispositif de suivi et de pilotage de la stratégie est de permettre à la chambre d’évaluer la mise en œuvre de son plan d’action annuel, une fois ladite stratégie validée par son assemblée générale. L’étude, qui sera adjugée à partir du 4 juillet, nécessitera un délai d’exécution de 515 jours, y compris une année consacrée à la cinquième phase dédiée au suivi et pilotage des projets.

La réforme du cadre organisationnel et légal des chambres
La réforme du cadre organisationnel et légal des Chambres agricoles régionales a permis de réduire leur nombre de 16 à 12. Pour rappel, initialement au nombre de 37 avant 2009, l’implantation géographique des Chambres d’agriculture a été adaptée au découpage territorial du Royaume en 2015.

Cette refonte du cadre juridique a été opérée avec l’entrée en vigueur en 2009 de la loi n° 27.08 portant statut des Chambres d’agriculture. Celle-ci a permis d’améliorer leur représentativité, d’adapter leurs missions et de renforcer leur organisation interne.

À noter que ces chambres sont actuellement gérées par des membres élus par les professionnels du secteur. Elles bénéficient du statut d’établissements publics à caractère professionnel, dotés de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Elles sont regroupées au sein de la Fédération des chambres d’agriculture du Maroc (FCAM), créée conformément aux dispositions de l’article 59 de la loi n°27-08.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page