Maroc

Scènes de vie

C’est l’histoire d’une série de cas, récurrents et loin d’être isolés. Le premier : un acheteur se présente dans un showroom et «fatigue» le conseiller commercial à coup d’interrogations concernant une voiture à moteur 3-cylindres, sous prétexte que celui-ci serait faiblard et insuffisant, voire plus enclin à tomber en panne. Absurde ! Car ces nouveaux blocs recourent au downsing, procédé qui vise à améliorer leur rendement en réduisant leur cylindrée.
Deuxième cas : ce voisin d’immeuble qui fait tourner chaque matin le diesel de sa nouvelle voiture, bien avant de la démarrer. Absurde aussi, puisque de part leur technologie (le système «common rail»), les diesels actuels n’ont plus besoin de préchauffage qui, auquel cas contraire, revient à brûler inutilement du carburant. Enfin, le troisième cas est encore plus absurde, puisqu’il s’agit de celui qui, après la première matinée ou journée au volant de sa voiture neuve et équipée du système Stop&Start, la ramène en concession et, tout contrarié, déclare : «il y a un problème, le moteur s’arrête et redémarre automatiquement à chaque feu rouge». Pitoyable !
Ces scènes de la vie quotidienne, interpellent mon subconscient de journaliste automobile spécialisé. Comment, le Marocain moyen pourtant assez geek, connecté et en éternelle quête de «branchitude» peut-il être aussi acculturé –ignare en fait– en automobile ? Une curiosité, surtout lorsqu’on voit que même les seniors ont réussi à se mettre à la page des nouvelles technologies. En même temps, force est de reconnaître que c’est bien cette même absence de culture automobile qui permet à certains modèles parfois dépassés à trouver preneur sur notre marché. Une aubaine quelque part… 



Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page