Maroc

Relance économique : l’AMMC mise sur cinq axes prioritaires

L’Autorité marocaine du marché des capitaux étale sa feuille de route pour l’année 2021 et définit cinq domaines prioritaires pour une relance économique nationale. Malgré un contexte difficile marqué par la crise liée au coronavirus, l’AMMC entend concentrer ses efforts sur le renforcement de l’attractivité du marché des capitaux, notamment sur les actions à même de favoriser le financement des entreprises à travers le marché.

L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) dévoile ses priorités pour l’année en cours. Cinq domaines prioritaires sont à ce titre listés par le gendarme du marché . Ainsi, l’AMMC entend, tout d’abord, favoriser le recours aux différents instruments de financement du marché, indique un communiqué de l’Autorité. La même source précise que la titrisation peut constituer une réelle alternative de financement pour les entreprises de toutes tailles grâce à un cadre juridique souple permettant une diversité de montages.


À ce propos, l’AMMC prévoit d’accompagner l’Association des gestionnaires de fonds de titrisation (AGFT) dans l’élaboration d’un guide à l’attention des initiateurs potentiels afin d’expliquer la titrisation et son fonctionnement et baliser le recours à la titrisation en tant que mode de financement. Le guide en question comprendra des exemples d’opérations simples et standardisées inspirées par la pratique locale et internationale qui pourront être dupliquées par les acteurs économiques pour se refinancer sur le marché.

En outre, l’AMMC indique que les acteurs du capital investissement sont appelés à jouer un rôle important dans l’accompagnement du plan de relance. L’AMMC veillera, ainsi, à mettre à la disposition des sociétés de gestion d’Organismes de placement collectif en capital (OPCC) des modèles types de règlements de gestion et à accompagner les dépositaires par l’élaboration d’un guide de bonnes pratiques.

Par ailleurs, l’Autorité marocaine du marché des capitaux assure qu’elle continuera à encadrer l’activité nouvelle de gestion des Organismes de placement collectif immobilier (OPCI) pour un développement sécurisé, une maîtrise par les acteurs du cadre réglementaire et une dissémination des bonnes pratiques au sein de l’écosystème des OPCI. Ainsi, précise la même source, les actions de l’AMMC couvriront les sociétés de gestion, les dépositaires et les évaluateurs immobiliers. De plus, l’AMMC souligne qu’elle poursuivra sa contribution aux travaux visant à amender le cadre légal et réglementaire des OPCVM. Une réflexion a ainsi été lancée pour fixer les modalités d’application de la nouvelle loi en stade d’élaboration avancé, lit-on dans le communiqué.

Selon l’AMMC, ce nouveau cadre permettra de renforcer la contribution des OPCVM au financement de l’économie par la diversification des produits qui pourront être mis sur le marché. Il permettra également de mettre en place des véhicules d’investissement adaptés aux investisseurs avertis, dont les règles de fonctionnement et d’investissements seront allégées pour permettre une plus grande allocation des ressources levées en faveur des produits de financement désintermédié. En second lieu, afin de faciliter l’accès des entreprises au marché de la dette privée tout en améliorant sa sécurité, l’AMMC accompagnera la mise en œuvre des recommandations issues du comité du marché des capitaux tenu le 13 janvier dernier. Il s’agit, précise-t-on au niveau du communiqué, d’améliorer la protection des investisseurs à travers le renforcement des prérogatives et des responsabilités du représentant de la masse des obligataires et la mise en place de nouveaux mécanismes sécurisants, d’alléger le processus d’émission et de placement et d’améliorer l’efficience du marché, notamment en encourageant le recours à la notation des émetteurs et en renforçant la transparence sur le marché. Le troisième domaine prioritaire de l’AMMC pour 2021 concerne l’accès des PME au marché des capitaux, que l’Autorité entend favoriser et simplifier. Elle estime, dans ce sens, que le lancement d’une offre PME par les acteurs du marché, à savoir l’AMMC, la Bourse de Casablanca, Maroclear, etc., permettra de favoriser et simplifier cet accès grâce à trois leviers. Il s’agit d’une tarification attractive et adaptée à ce type de structure, de la simplification des procédures et optimisation des délais de traitement, et de la mise en place d’un dispositif de place pour le conseil, la formation et l’accompagnement de la PME. La quatrième action porte sur l’opérationnalisation du dispositif encadrant les conseillers en investissement financier.

L’AMMC souligne que les Conseillers en investissement financier (CIF) constituent des acteurs importants pour la promotion des solutions de financement et d’investissement qu’offre le marché. Enfin, le cinquième axe prioritaire de l’AMMC concerne la poursuite du renforcement de la supervision des acteurs du marché. Dans le contexte actuel de crise, l’AMMC entend prioriser les secteurs de la gestion des OPCVM et OPCC ainsi que les infrastructures de marché, intégrer parmi les thématiques de contrôle la résilience des infrastructures de marché et la continuité d’activité, renforcer les outils de la surveillance des marchés, et ce, à travers l’implémentation d’outils ‘’business intelligence’’.

Enfin, l’AMMC a indiqué que son plan stratégique 2021-2024 prendrait en considération les enseignements tirés de la crise liée à la Covid-19, avec l’objectif de sécuriser et dynamiser davantage le marché des capitaux. 

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page