Maroc

Rapatriement : une centaine de ressortissants arrivés d’Ukraine

Une centaine d’étudiants, rentrés d’Ukraine, ont atterri à l’aéroport international de Tanger Ibn Battouta. Plusieurs autres vols sont programmés durant les jours à venir. 

Durant le week-end dernier et à l’instar du Maroc, plusieurs pays ont appelé leurs ressortissants à quitter l’Ukraine. D’autres ont même commencé à évacuer leurs ambassades. Celle du Royaume à Kiev avait, pour sa part, recommandé aux Marocains se trouvant en Ukraine de quitter le pays pour leur sécurité, à bord des vols commerciaux disponibles. Elle avait appelé, également, les personnes désirant se rendre en Ukraine à reporter leur voyage à une date ultérieure. Suite à cette décision, Royal Air Maroc et une autre compagnie ont mis en place des vols spéciaux de rapatriement.


À titre exceptionnel, RAM a décidé de proposer des billets à prix unique, soit 4.750 DH. Un niveau de tarification abordable, sachant que les vols se feront à sens unique, car les avions partiront vides depuis le Maroc. Ce sont principalement des étudiants qui se trouvent en Ukraine. Ils sont, en effet, environ 10.000 à être inscrit dans des établissements supérieurs ukrainiens, principalement pour poursuivre des études en médecine générale, en médecine dentaire et en ingénierie.

À noter que les Marocains représentent la deuxième communauté d’étudiants étrangers dans le pays. Plusieurs vols ont été programmés pour le rapatriement et deux numéros ont été mis à la disposition des citoyens concernés : 0800502683 (numéro vert gratuit pour communiquer de l’Ukraine) et 0537663300 (pour communiquer à partir du Maroc). À l’heure où nous mettions sous presse, le président russe, Vladimir Poutine, a assuré ne pas vouloir d’une guerre en Ukraine. «Voulons-nous d’une guerre ou pas ? Bien sûr que non. C’est pour cela qu’on a avancé nos propositions pour un processus de négociations. Nous sommes prêts à aller sur ce chemin», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue allemand Olaf Scholz. Après des semaines de tensions, la Russie a ordonné le retour de ses unités déployées près de la frontière ukrainienne, laissant entrevoir une baisse de la tension. Toutefois, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, préfère rester vigilant tant qu’il n’a pas vu «de signe de désescalade» sur le terrain. Il exprime donc un «optimisme prudent».

Tilila El Ghouari / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page