Maroc

Marché actions : La place casablancaise en perte de vitesse

Malgré le fait que le Maroc reste bien positionné en termes de performances au niveau du «MSCI Frontier Market» et en comparaison avec les autres places des pays émergents, les différents indicateurs de la place casablancaise naviguent toujours dans le rouge.


La chute du cours du baril ainsi que la baisse des prix des métaux a fortement pesé sur les perspectives économiques des pays émergents. En effet, le FMI table sur une croissance limitée de 4% en 2015 pour ces pays. À l’origine de ce déclin, la Chine, dont l’économie devrait croître à mois de 6% en 2015, contrairement au 7% anticipés, tandis que le Brésil devrait clôturer l’exercice sur une baisse de son PIB de 3%. Autant d’éléments qui pèsent sur l’attractivité des marchés émergents auprès des investisseurs internationaux, impactant de facto l’évolution des indices boursiers, avec une contreperformance de -7,2% pour le Maroc, -16,3% pour la Turquie, -17,1% pour l’Arabie saoudite, -21,5% pour l’Égypte d’après une note de recherche publié par Upline Securities. De même, s’agissant du «MSCI Frontier Market», dans lequel le marché marocain est représenté depuis mi-2013, l’indice affiche un repli de 17,32% sur un an. La baisse a été ainsi enregistrée chez les principaux pays composant l’indice, à savoir le Nigéria (-16,8%), le Kuweït (-16,5%), le Pakistan (-14,8%), le Maroc (-9,52%) et l’Argentine (-1,2%). Cette baisse générale de l’indice serait liée à l’impact de la dégradation du cours du baril, mais aussi du fait de la détérioration des perspectives économiques des pays producteurs de cette matière, notamment les pays du Golfe et la Russie. Notons par ailleurs que le marché marocain fait preuve de résilience à cette vague baissière subie par les valeurs cotées au MSCI FM. Ainsi, le MSCI Morocco n’a perdu que 9,52%, soit moins que l’indice MSCI Africa (-21,38%) et l’indice MSCI FM. Si le Maroc arrive à résister à cette vague baissière des places boursières émergentes, il n’empêche que les indices de la place casablancaise naviguent dans le rouge. On note également un faible volume d’échanges par rapport aux autres pays émergents ou en voie de développement et ceci malgré une contre-performance plus marquée par ces derniers. À l’image de l’Égype dont la variation annuelle de sa place boursière est de -21,5% contre -7,2% pour le Maroc, mais fait ressortir cependant un volume d’échanges avoisinant les 11.644.074 KUSD contre 2.901.185 KUSD pour le Maroc.

La BVC clôture dans le rouge
La place casablancaise a clôturé l’exercice 2015 sur une contreperformance de 7,22% à 8.925,71 points. En effet, à partir de la mi-mars, le MASI a entamé un mouvement baissier initié par la publication de résultats annuels décevants (baisse de la masse bénéficiaire de 11,8% en 2014), accentuée par l’évolution défavorable de quelques valeurs qui pâtissent d’une conjoncture sectorielle difficile, notamment l’immobilier et le raffinage. De ce fait, la majorité des valeurs cotées ont subi une correction des cours avec seulement 24 sociétés affichant des évolutions positives. À leur tête, nous retrouvons la valeur Oulmès avec une performance de 63,8% à 1.266DH, en raison de la publication de résultats financiers en progression et de l’augmentation du dividende distribué (50DH en 2014 contre 35DH une année auparavant). En 2e position, Dari Couspate se positionne avec une croissance de 49,1% à 1.272DH profitant d’une bonne performance financière au terme du premier semestre de 2015. Pour sa part, CTM a connu une bonification de 43% à 419DH. A contrario, la plus forte contreperformance a été enregistrée par Alliances avec -85,2% à 41DH, en raison des déboires du pôle construction à l’origine des déficits enregistrés par le groupe. Non loin derrière, nous retrouvons Stroc Industrie avec une dégradation de 77,4% à 35DH sous l’effet de la publication de résultats décevants au premier semestre 2015. Enfin, SNEP se déleste de 61,3% à 80DH suite aux difficultés rencontrées aussi bien par la société (concurrence des importations) que par son actionnaire de référence, suite au litige opposant Ynna Holding à FIVES FCB. En revanche, d’autres valeurs ont participé positivement à la croissance du MASI. Il s’agit entre autres d’Afriquia Gaz, Taqa Morocco et Ciments du Maroc avec des contributions respectivement de 31,88 points d’indice, 29,36 points et 20,72 points.

Baisse de la volumétrie
Au final, la volumétrie globale de la place casablancaise a affiché un affermissement de 2,8% en 2015 à 40,5MMDH. Cette variation intègre une hausse de 4,3% des transactions réalisées sur le marché central à 28,8MMDH et une quasi stagnation du volume échangé sur le marché de blocs à 11,7MMDH. Le marché central a été principalement animé par 6 valeurs qui ont accaparé plus de 63% des échanges. Il s’agit d’Attijariwafa bank (24,1%), Maroc Telecom (11,5%), BCP (9,2%), BMCE Bank (7%), Addoha (6,8%) et Cosumar (5,1%).  


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page