Maroc

Le torchon brûle entre la MGPAP et sa tutelle

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rien ne va entre le ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Yatim, et le président de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques, Abdelmoula Abdelmoumni. La cause ? Mauvaise gestion et dilapidation des fonds publics. Les détails.

 
Le ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Yatim, a adressé une lettre au président de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP), Abdelmoula Abdelmoumni, lui demandant le bien-fondé de la convocation des membres du Conseil d’administration à la réunion qui a eu lieu hier à Mehdia, et qui portait essentiellement sur la diversification des services proposés par la MGPAP à ses adhérents et ayants droit. 

Selon le journal arabophone Al Akhbar, Mohamed Yatim estime que cette réunion est illégale, car elle intervient 3 mois seulement après l’organisation de la 70e Assemblée générale ordinaire à Marrakech les 30, 31 juillet et 1er août 2018, et 6 mois après la 69e Assemblée générale tenue à Ouarzazate du 15 au 17 décembre 2017. 

Lors desdites assemblées, mentionne la lettre ministérielle, les délégués des adhérents de la MGPAP ont eu à approuver une résolution relative au même point, «la diversification des prestations présentées par la mutuelle à ses adhérents et ayants droit», en l’occurrence. Ces prestations concernent des services comme le secours, l’accès immédiat à un lit dans l’hôpital le plus proche en cas de nécessité, l’exonération des frais de garantie financière dans les cliniques privées, l’ouverture des comptes bancaires gratuits pour ceux qui n’en disposent pas, l’octroi d’un produit optionnel à conditions préférentielles pour bénéficier d’une retraite complémentaire, et un autre pour bénéficier de prêts de logement, de consommation ou d’études. 

La même source rapporte que la gestion de ces nouveaux services a été cédée illégalement à des prestataires externes, qui auront ainsi le droit d’accès aux données personnelles de 429.000 adhérents et plus d’un million d’ayants droit. Dans ce même sens, le ministre a souligné la non-consultation de la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel, seul organisme habilité à statuer sur la conformité de cette démarche à la réglementation en vigueur. 

Par ailleurs, la lettre met également en garde le président de la MGPAP contre le non-respect de la procédure de passation des marchés publics, puisque ce dernier marché estimé à 11 milliards de dirhams n’a pas fait l’objet d’un appel d’offres. 

La missive du ministre de l’Emploi n’a pas manqué de souligner les graves dysfonctionnements financiers dont souffre la MGPAP à cause d’une série de malversations et dilapidations des deniers publics. Mohamed Yatim a réclamé, in fine, l’annulation de l’ensemble des contrats d’externalisation des services de la MGPAP dans un délai d’une semaine afin de préserver les données personnelles des adhérents, leurs cotisations, et veiller à la bonne gestion financière de cet organisme.


 

 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page