Maroc

Le PAM et l’Istiqlal demandent des explications et l’urgence d’une réunion

Lors de la séance parlementaire dédiée aux questions orales tenue ce lundi 7 mai à Rabat, les représentants du PAM comme ceux de l’Istiqlal ont formulé des questions quant à l’augmentation des tensions sociales en raison des prix élevés sans faire fi des déclarations «Provocatrices» émises dans ce sens par certains membres du gouvernement.

Tensions sociales à cause de la hausse des prix et déclarations «Provocatrices», notamment celle avancée au parlement par le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, ont fait l’objet de deux sujets interdépendants abordés par le PAM d’une part et l’Istiqlal de l’autre lors de la session des questions orales tenue aujourd’hui.


Dans son intervention, le parlementaire pamiste, Abdellatif Ouahbi, s’est vivement penché sur les deux questions. Il a fait remarquer que le boycott de certains produits n’est pas fortuit, et qu’il a engendré un rythme de tension sociale sans précédent. «La société marocaine vit ces derniers temps le rythme d’une tension sociale sans précédent en raison des prix élevés, ce qui incite beaucoup de citoyens à participer spontanément à la campagne de boycott à l’égard de certaines entreprises et leurs produits», a-t-il précisé.

«Au moment où il était attendu une initiative de la part du gouvernement en vue de réduire les répercussions de cette crise, l’opinion publique se voit surprise par la déclaration provocatrice de Mohamed Boussaïd, ministre de l’Economie et des Finances», ajoute-t-il.

Ouahbi n’a pas manqué d’insister sur le rôle du gouvernement de réagir aux faits en question. Pour ce faire, il a interpellé le chef du gouvernement, à qui il a adressé une lettre signée par les membres du groupe pamiste et dont une copie nous est parvenue, pour expliquer les mesures que le gouvernement entend prendre afin d’arrêter ce «saignement de cette crise liée au coûts élevés des prix», ainsi que pour éclaircir les déclarations émises par Boussaid dans ce sens.

 

Même son de cloche pour le parti de l¹Istiqlal qui a formulé  au président de la Commission des finances et du développement économique, Abdellah Bouanou, la nécessité de la tenue d’une réunion urgente à propos de la hausse des prix et ce, en présence du ministre de l’Intérieur et du ministre Délégué en charge des Affaires publiques et de la Gouvernance.

Ainsi, l’Istiqlal, qui a récemment rallié l’opposition, dénonce «une hausse injustifiée des prix et une dégradation du pouvoir d’achat des citoyens et leur niveau de vie.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page