Maroc

Le Maroc réagit au rapport du SG de l’ONU sur le Sahara

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a réitéré, dans son dernier rapport au Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation au Sahara rendu public vendredi soir, son appel pour le recensement des populations dans les camps de Tindouf, au Sud-Ouest de l’Algérie, et recommandé la prorogation de 12 mois, jusqu’au 30 avril 2017, du mandat de la MINURSO.


En guise de réaction, le Maroc a répondu à travers une note présentée par le représentant permanent du royaume auprès des Nations Unies, Omar Hilale, au rapport du secrétaire général de l’ONU. En effet, Omar Hilale a indiqué que le royaume a beaucoup de remarques sur le contenu et se réserve le droit d’y revenir. L’ambassadeur a ajouté que, pour le moment, la priorité est donnée à la résolution que le Conseil de sécurité devrait adopter à la fin de ce mois, et que le Maroc se concentre actuellement sur les consultations et les négociations qui l’entourent.

Ainsi, le secrétaire général des Nations Unies avait «réitéré» son «appel en faveur d’une considération continue en vue de l’enregistrement des populations dans les camps de Tindouf, et invite à des efforts dans ce sens». Ban Ki-moon a insisté dans ce rapport sur le fait que la vie publique dans le Sahara marocain se déroule «de manière pacifique, y compris lors des grands événements dans les zones urbaines».
Le secrétaire général de l’ONU a également reconnu que pour ce qui est des provinces du Sud, les dernières élections régionales et communales s’étaient déroulées «sans incident», ajoutant avoir été informé par le Maroc que «les 12 nouvelles régions, y compris celles de Dakhla et Laâyoune, seront dotées de larges prérogatives, y compris la mobilisation des ressources financières et la mise en place d’agences de développement».

Ban Ki-moon rappelle dans ce cadre la visite du roi Mohammed VI à Laâyoune au mois de novembre 2015, et à Dakhla en février 2016. À Laâyoune, le souverain a prononcé un discours à la Nation à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche verte.
Abordant la situation dans les camps de Tindouf, le secrétaire général de l’ONU fait état de pratiques esclavagistes et de revendications, dans ce sens, de personnes souffrant de cette situation.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page