Maroc

La croissance mondiale au ralenti

Les prévisions de la croissance mondiale sont revues à la baisse à 3,1% pour 2015 et 3,4% pour cette année. Le risque demeure pertinent sur les pays émergents et exportateurs de matières premières.


Selon les dernières Perspectives de l’économie mondiale (PEM), la reprise de la croissance mondiale sera faible et inégale dans les régions du monde où les risques basculeront vers les pays émergents. Ainsi, d’après le Fond monétaire international, les pays avancés vont enregistrer une modeste reprise, tandis que les pays émergents et en développement devront faire face à la nouvelle réalité d’une croissance plus faible. Ladite PEM table désormais sur une croissance mondiale de 3,1% en 2015, 3,4% cette année et de 3,6% en 2017, soit des niveaux légèrement inférieurs à ceux annoncés en octobre 2015.

Faible croissance dans les pays avancés
Dans les pays avancés, la croissance devrait atteindre les 2,1% et se maintenir en 2017, soit un rebond un peu plus timide que celui anticipé durant le mois d’octobre 2015. L’activité globale reste robuste aux États-Unis, portée par des conditions financières accommodantes et un léger renforcement des marchés du logement et du travail d’après le FMI toujours. Toutefois certaines difficultés surgissent suite à la vigueur du dollar qui induit des contractions dans le secteur manufacturier américain. Pour ce qui est de la zone euro, l’augmentation de la consommation privée suite à la baisse du pétrole et à des conditions financières accommodantes arrive à compenser la baisse des exportations. Au Japon, la croissance devrait être amenée à s’affermir en 2016, grâce au soutien budgétaire, au recul des cours du brut, à des conditions financières accommodantes et à l’augmentation des revenus des ménages.

Risques sur certains pays émergents
Les pays émergents et les pays en développement doivent dé-sormais faire face à une croissance plus faible, «où des forces conjoncturelles et structurelles viennent bouleverser la dynamique traditionnelle», ainsi que l’a signalé la Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, dans un récent discours. Les projections de croissance pour la plupart des pays émergents et en développement anticipent un rebond plus modeste que prévu. La croissance devrait passer ainsi de 4% en 2015 (taux le plus bas depuis la crise financière de 2008 et 2009) à 4,3% et à 4,7% en 2016 et 2017.

Éléments précurseurs de tensions économiques
L’un des éléments les plus déclencheurs des tensions économiques mondiales est la Chine ! En effet, la Chine, comme l’avait annoncé son gouvernement est en pleine mutation économique et aspire à passer d’un modèle d’export à un modèle de consommation intérieure basé essentiellement sur les services. De même, la Chine a marqué un ralentissement de sa croissance qui maintenant est anticipé à la baisse à 6,1%, cela impacte notamment la baisse de la consommation des matières premières des entreprises chinoises et crée de ce fait une contraction des exportations des pays producteurs de matières premières. Il existe un autre facteur qui encourage le ralentissement macroéconomique mondial, c’est l’appréciation du billet vert et le durcissement des conditions de financement à l’échelle mondiale, ce qui pourrait renforcer les vulnérabilités des pays émergents et éventuellement porter atteinte aux bilans des entreprises puis aggraver les difficultés de financement de celles qui sont fortement engagées en dollars. De même, un autre élément accentue le ralentissement économique à l’échelle mondial, il s’agit de l’escalade des tensions géopolitiques actuelles dans plusieurs régions, qui pourraient miner la confiance et perturber le commerce mondial, ainsi que les flux financiers et touristiques. Du côté conjoncturel toujours, de nouvelles baisses des prix des produits de base pourraient entraîner une dégradation des perspectives pour des pays producteurs déjà fragiles. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page