Maroc

L’Espagne, un pays égoïste selon les Marocains

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Si les Marocains apprécient les infrastructures espagnoles et les entreprises originaires de l’Espagne, ils n’en pensent pas moins que c’est un pays égoïste et intolérant. Voici les conclusions du sondage effectué par un think tank espagnol.


Si sur le volet politique et institutionnel, les relations entre Madrid et Rabat sont au beau fixe, le rapprochement entre les deux sociétés n’a pas encore eu lieu. Selon un sondage portant sur l’image de l’Espagne à l’extérieur, c’est sous nos latitudes où l’image du voisin ibérique est la plus écornée. C’est la conclusion de cette enquête, élaborée par le think tank espagnol, Real Instituto El Cano, auprès d’un panel, composé de citoyens de 11 pays, dont le royaume. D’emblée, les rédacteurs reconnaissant que les citoyens marocains sont les plus critiques à l’adresse du voisin du Nord.

Appelés à évaluer différents registres de la vie sur le sol ibérique, les interviewés, originaires du royaume, ont attribué la modeste note de 5,4 sur 10 à l’Espagne en tant que pays. Ce jugement se rapproche des évaluations rendues par les citoyens de pays dits émergents (Turquie, Chili, Équateur ou la Chine). En revanche, les pays occidentaux apprécient mieux le voisin ibérique, vu que leur appréciation se situait au niveau de 7. Au total, 30% des Marocains considèrent le pays de Cervantès comme «conflictuel, égoïste et intolérant».

Tandis que 25%, estiment que l’Espagne n’aspire pas confiance. «En général, le Maroc est le seul pays de l’échantillon qui évalue négativement l’Espagne», affirme le document. Appelés à noter leur propre pays, les Marocains ont accordé la note de 6,0 au royaume, alors qu’ils ont attribué des appréciations davantage élevées au Japon et à l’Allemagne.

 

Quand le passé arabo-musulman subsiste

À la question appelant à comparer l’Espagne avec le reste des pays européens, les Marocains ont attribué au voisin la moins luisante notation «presque la même que celle qu’ils attribuent à leur pays», souligne le document. La piètre image de l’Espagne au Maroc (5,7) est brossée par les sondés ayant entre 35 et 54 ans, suivis par ceux âgés d’entre 18 et 34 ans (5,9). Cependant, l’échantillon, dont la tranche d’âge varie entre 55 et 70 ans, apprécie mieux notre voisin (6,9).

Néanmoins, les interviewés marocains partagent avec le reste des pays une reconnaissance pour certains attraits espagnols. C’est le cas par exemple de l’attractivité touristique du pays voisin, très apprécié par les nationaux. De même, les Marocains sont admiratifs devant le niveau d’équipement des Espagnols et sont les seuls à accorder une note largement supérieure aux infrastructures dont dispose le voisin ibérique. Concernant le registre économique, les entreprises espagnoles installées sous nos latitudes semblent avoir la grâce des nationaux.

Ceux-ci lui ont accordé une note de 6,2 sur 10. À cet effet, l’enseigne d’habillement Zara est la marque la plus connue auprès des sondés marocains ainsi que le reste des interviewés originaires des autres pays, suivie par le constructeur automobile Seat. La compagnie aérienne Iberia et la banque BBVA arrivent ensuite. Or, quand il s’agit des investissements ou de porter un jugement sur l’économie du pays voisin, les Marocains se prononcent négativement sur ces deux aspects et accordent la note de 5,4 à ces deux volets.

L’échantillon marocain est le seul à considérer que l’Espagne n’est pas encore sortie d’affaires en ce qui concerne la crise économique. Sur un autre registre, les Marocains apprécient le football et le considèrent comme inhérent à l’image de l’Espagne, au moment où d’autres pays, principalement les occidentaux, parlent de la corrida et la tauromachie. Autre spécificité nationale, les sondés marocains sont les seuls à associer l’image du voisin à l’islam et à la culture musulmane, en référence à l’Andalousie. «10% des interviewés marocains, font encore une liaison avec l’Espagne et son passé arabo-musulman», souligne le rapport. Toutefois, le baromètre relève un brin d’optimisme auprès des Marocains. Selon les interviewés nationaux, le royaume disposera d’un niveau de vie semblable à l’espagnol dans moins de 20 ans. De la même manière, ceux qui considèrent que le Maroc ne sera jamais en mesure d’atteindre le niveau espagnol de développement, sont de plus en plus moindres.

 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page