Maroc

«L’APRAM a honoré sa mission»

Abdelaziz Mantrach : Président de l’APRAM

La dématérialisation opérationnelle est entrée en vigueur le 2 janvier. Elle concerne la majorité des ports du royaume, gérés par l’ANP. Une décision qui résulte d’un long process de concertation entre l’ANP et son écosystème mais surtout de l’engagement effectif de l’Association professionnelle des agents maritimes consignataires de navires et courtiers d’affrètement au Maroc (Apram). 

Les ÉCO : Quel est l’apport de l’Apram dans la mise en œuvre de la stratégie de la dématérialisation des ports ?   
Abdelaziz Mantrach : Le rôle de l’APRAM en tant qu’Association des agents maritimes et courtiers d’affrètement du Maroc est une force de propositions. Le plan d’actions de la dématérialisation n’est pas le fruit du hasard. C’est une stratégie mûrement réfléchie et préparée dans le cadre de la facilitation des procédures portuaires. Il y a plus de 10 ans, nous avons déjà réalisé avec l’Administration des douanes l’abolition des triptyques des conteneurs, qui était une tâche fastidieuse très prenante et qui n’avait pas une comptabilité matière des conteneurs exacte. Quelques années après, toujours avec l’Administration des douanes et en toute symbiose, nous avons réussi à introduire la libre circulation des conteneurs, à l’instar des pays européens, sans déclaration douanière. Un simple reporting des mouvements était fait par l’agent maritime vers l’Administration des douanes. Cette facilitation a hissé l’image de marque du Maroc en termes de facilitation des procédures dans la logistique des conteneurs.


Une facilitation que vous avez mis en place avec l’Office des changes, n’est-ce pas ?
Des facilitations de procédures ont été mises en place avec l’Office des changes. L’Apram a contribué à la réussite de la télédéclaration qui se substitue au dépôt physique du compte d’escale, accompagné de plusieurs dizaines de factures, représentant les débours de l’escale. Dans un deuxième temps, cette télédéclaration de l’Office des changes a été ramenée à une globalisation des écritures une fois par an par armateur et avec zéro papier. Par conséquent, la dématérialisation des documents de l’agent maritime avec les ports marocains est une proposition de l’Apram suivant une étude approfondie réalisée en 2013 et ceci pour moderniser les procédures portuaires, réduire le surcroît de travail de l’agent maritime et contribuer indirectement à la préservation de l’environnement. Cet objectif de zéro papier au niveau de tous les ports marocains n’a été possible que grâce à la synergie et à la concertation entre l’ANP, Portnet et l’Apram ainsi que tous les partenaires portuaires, publiques et privés.

Vous avez parlé d’une étude qui a été conduite par l’association avant le déploiement de la stratégie de dématérialisation des ports ?
Cette étude, qui a été établie par l’Apram, a mis en relief que l’agent maritime dépose physiquement en moyenne jusqu’à 14 documents à toutes les administrations et partenaires portuaires, ce qui avait un impact sur les coûts, sur le gain de temps et c’est pourquoi l’étude a préconisé la dématérialisation totale, pour rendre toutes les opérations plus fluides, mieux sécurisées et la transmission de toute la documentation en temps réel.

Quels sont les vrais défis de cette dématérialisation, sachant que la Marine marchande, un des éléments clefs de cette stratégie est une entité peu à peu numérisée ?
À mon humble avis, le vrai défi de cette dématérialisation, qui a été réalisée grâce à une décision de la Directrice générale de l’ANP, est de la considérer comme une première étape de la facilitation sur le long chemin qui reste à parcourir pour atteindre le niveau de facilitation des standards internationaux. En effet, tous les autres partenaires portuaires, toutes les autres associations professionnelles, devraient, à l’instar de l’Apram, faire des propositions concrètes pour dématérialiser l’échange des documents physiques entre les différentes entités.

Quelles sont les autres recommandations   ?
Dans un second temps, nous devons absolument nous occuper d’un autre chantier, autrement aussi important, qui est l’harmonisation des documents portuaires et ceux du commerce extérieur et là aussi, je voudrais rappeler que l’Apram a réalisé une étude en 2014 sur l’harmonisation des documents de l’agent maritime, qui donne un sacré coup de fouet aux facilitations des procédures et nous avons retenu 2016 pour atteindre cet objectif de l’harmonisation avec la contribution, combien précieuse, de l’ANP et de Portnet. Nous espérons également atteindre cette année l’objectif de la téléfacturation et du télépaiement via Portnet.
Avec ces réalisations, nous pensons que les ports marocains seront au top niveau, du point de vue de l’échange de données informatisées avec les standards de facilitation des ports développés, et nous serons tous fiers de ces réalisations. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page