Maroc

HEM : La recette d’une réussite

L’Institut des Hautes études de management (HEM) décline sa stratégie pédagogique, axée sur la performance, l’excellence et l’employabilité. Son administrateur directeur général, Yasmine Benamour,  explique en quoi elle consiste.


Les Inspirations ÉCO :  On parle de plus en plus de la question de l’adéquation de la formation avec les exigences du marché de l’emploi. Comment HEM s’adapte-t-elle aux contraintes de cette équation ?
Yasmine Benamour : L’adéquation formation/emploi est effectivement l’essence même de la stratégie d’une grande école. La démarche adoptée par HEM, à ce titre, se situe à plusieurs niveaux. Tout d’abord, préalablement à la création d’un programme de formation et outre le travail de veille que nous opérons continuellement, nous faisons appel à des personnes du milieu professionnel pour construire le programme en question de façon adéquate. Nous faisons ensuite appel, entre autres et pour les niveaux master tout particulièrement, à des professionnels de l’entreprise pour enseigner, assister à nos jurys et grands oraux, pour mener des entretiens d’embauche fictifs ; leurs retours sont également très utiles. Nous réexaminons très régulièrement nos programmes existants à l’aune des besoins et des évolutions du monde économique par le biais de réunions pédagogiques avec ces mêmes professionnels. Enfin, nous menons régulièrement des études, en collaboration avec des cabinets externes, pour analyser les besoins du marché de l’emploi de façon plus globale et évaluer notre propre adéquation formation/emploi.

Quels sont les avantages  mis en avant par votre établissement pour vous démarquer de la concurrence ?
Modestement, je dirais qu’ils sont nombreux mais, si je devais résumer, je dirais que le plus important des avantages comparatifs d’HEM n’est pas forcément palpable dans une belle brochure et que c’est son «état d’esprit». Celui-ci englobe des convictions et des valeurs très fortes, un grand sens de l’éthique, beaucoup de sérieux et de transparence, une place primordiale occupée par le développement personnel de l’individu depuis la création d’HEM, un esprit d’innovation et de remise en cause permanente qui exige beaucoup d’humilité, un esprit de citoyenneté extrêmement présent, etc. Tout cela est ancré dans l’ADN de notre école et l’avantage, c’est que cela est difficilement «copiable»…

Gardez-vous un œil sur l’employabilité de vos lauréats ?
Tout à fait. HEM mène chaque année une étude d’insertion de ses lauréats. La dernière étude relative à la promotion 2014 révèle que plus de 85% de nos diplômés ont trouvé un emploi dans les 6 mois suivant leur diplomation. Ce qui est excellent. HEM ouvre ainsi de très bonnes perspectives professionnelles, au Maroc comme à l’étranger, aussi bien dans le domaine industriel que dans le secteur des services : Banque, finance, assurance, conseil & audit, communication & publicité, web, médias, télécommunications, tourisme… Certains diplômés, animés d’un esprit d’entrepreneuriat, créent également leur propre entreprise.

Quelle est leur principale qualité commune ?
Nous avons, il y a quelques temps, mené une étude avec le cabinet Argos et celle-ci nous a permis de dresser un profil type global du Lauréat HEM vu par le monde de l’entreprise. Les résultats montrent qu’il est généralement perçu comme ayant de bonnes compétences comportementales, une aptitude au travail soutenue, une polyvalence (généraliste spécialisé), une bonne capacité d’intégration en équipe, une bonne connaissance du milieu de l’entreprise, une bonne maîtrise des langues, des capacités de synthèse, une aptitude à évoluer vers des postes de décision dès l’acquisition d’une certaine autonomie et une ouverture sur la réalité politique, sociale et économique du pays.


 

Cap sur les services et l’industrie !
HEM  et la Société financière internationale (SFI) ont conjointement lancé une joint-venture (JV), baptisée Med Université. Basée à Tanger, celle-ci sera  accueillera ses futurs lauréats dès septembre 2016. Le modèle adopté repose sur une formation professionnalisante, dont les spécialisations sont axées sur les métiers porteurs des services et de l’industrie. Cela dit, la nouveauté avancée par le management commun de la JV est le critère de l’accessibilité financière.  HEM et SFI ambitionnent de démocratiser l’accès aux formations de qualité pour celles et ceux qui disposent de l’infrastructure intellectuelle et pédagogique pour les suivre, mais sont handicapés par leur incapacité à couvrir les coûts.  Enfin,  les frais d’inscription sont fixés à 5.000 DH, et les frais d’études à 30.000 DH/an.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page