Maroc

Gaz à effet de serre : 5% de hausse des émissions pour chaque point de PIB

Une récente étude d’OCP Policy Center s’est proposé de jauger l’impact de la croissance économique sur les émissions de gaz à effet de serre. Les résultats confirment l’existence d’une relation de long terme positive entre les émissions de CO2 et le PIB réel. 


Le think tank OCP Policy Center vient de publier une étude abordant l’impact de la croissance économique sur l’environnement sous le prisme des émissions de dioxyde de carbone (CO2). La question revêt un intérêt particulier, surtout au moment où les gouvernements doivent prendre en considération l’impact des aléas climatiques dans le cadre de leurs politiques publiques. C’est le cas en particulier pour les pays en voie de développement qui se trouvent plus lourdement impactés par ces questions.

Concrètement, la publication d’OCP Policy Center teste la validité de la Courbe environnementale de Kuznets (CEK) pour le cas du Maroc, en faisant appel à la méthode d’ARDL (Auto regressive distributed lag), dite aussi black box. En effet, les résultats de l’analyse économétrique confirment l’existence d’une relation de long terme positive entre les émissions de CO2 et le PIB réel et montrent que le sens de cette relation va de la croissance économique vers les émissions de CO2 d’après les tests de causalité de Granger. Autrement dit, pour un pays en développement comme le Maroc, c’est la croissance économique qui détermine le niveau des émissions et non l’inverse. Ce qui implique qu’une politique énergétique en faveur de l’environnement peut être mise en place sans risquer d’avoir des répercussions négatives sur la croissance économique.

Par ailleurs, les résultats de la régression ARDL valident l’hypothèse de CEK : dans une première phase, la croissance économique entraîne un niveau plus élevé d’émissions de CO2, cependant, arrivées à un seuil donné (point d’inflexion), ces émissions diminuent. Cependant, l’étude affirme que seules les observations réelles des valeurs futures des émissions de CO2 pourraient confirmer cela de manière catégorique étant donné que le Maroc est encore un pays en développement. Ce qui laisse donc supposer qu’il n’a pas encore atteint son point de retournement.Les résultats empiriques obtenus pour la période étudiée (1971-2014) confirment la présence d’une relation de long terme robuste entre les émissions de CO2 par habitant et le revenu par habitant.

En outre, l’estimation de la relation à long terme montre qu’une hausse de 1% de la consommation d’énergie par habitant entraînerait une hausse de 1,12 % des émissions de CO2 par habitant et qu’un accroissement de 1% du PIB réel par habitant impliquerait une augmentation de 4,73% des émissions de CO2 par habitant. Par ailleurs, les résultats de l’étude confirment l’existence d’une causalité unidirectionnelle dans le sens du revenu par habitant vers les émissions de CO2. En d’autres termes, plus de croissance économique entraîne un accroissement des émissions de dioxyde de carbone. Ce qui implique qu’une politique énergétique en faveur de l’environnement peut être mise en place sans risquer d’avoir des répercussions négatives sur la croissance économique.

Les résultats indiquent également que la consommation d’énergie est un déterminant significatif des émissions de CO2 alors que le ratio du commerce international, bien que son coefficient soit positif, est un déterminant non significatif. Pour OCP Policy Center, il s’agit de résultats encourageants pour le Maroc. Ce dernier a notamment mis en place une stratégie de développement durable qui privilégie l’équilibre entre les dimensions environnementales, économiques et sociales à travers l’amélioration du cadre de vie des citoyens, le renforcement de la gestion durable des ressources naturelles et le développement des énergies renouvelables. Cette conclusion est ainsi compatible avec les objectifs fixés par cette stratégie, notamment ceux de réduction de gaz à effet de serre (GES) dont le dioxyde de carbone CO2 à l’horizon 2030.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page