Maroc

flash hebdomadaire

Les maturités longues attirent les investisseurs

Marché obligataire


Marché primaire
Au titre de cette séance primaire à règlement en février, les investisseurs ont manifesté une forte demande pour les bons de Trésor ayant frôlé les 22 MMDH. Le Trésor en a retenu 4 MMDH, contre un besoin, initialement annoncé, de 2,5 MMDH. Quant à la structure de la séance, elle fait état d’une concentration des soumissions sur les maturités longues proposées, à savoir le 10 ans et le 20 ans, qui ont accaparé, dans l’ordre, 57% et 35% de la demande globale. Suivant l’offre, l’argentier du royaume a orienté la quasi-totalité de sa levée sur ces deux maturités. En termes de taux, étant donné la course enclenchée pour les titres souverains, les taux primaires se sont orientés à la baisse. Ainsi, le 26 semaines a perdu 2 points de base à 2,52%, le 2 ans s’est délesté de 4,8 points de base à 2,65%, le 10 ans a baissé de 14 points de base à 3,45% et le 20 ans a perdu 8 points de base à 4,29%.

Marché secondaire
La courbe secondaire des bons du Trésor poursuit son mouvement d’aplatissement matérialisé par une baisse plus prononcée des segments moyen et long termes par rapport aux segments courts. Ainsi, et dans le sillage de la séance primaire, le 2 ans, le 10 ans et le 20 ans ont, à nouveau, subi une pression acheteuse pour s’échanger respectivement à 2,64%, 3,46% et 4,29%, marquant de ce fait des baisses dans l’ordre de 7 points de base, 10 points de base et 8 points de base. Dans ces conditions, la performance du MBI s’améliore, cette semaine, de 18 points de base pour atteindre 50 points de base, depuis le début de l’année.   

Le marché monétaire retrouve son équilibre

Marché Monétaire
Après avoir évolué dans un contexte d’abondance de liquidité, le marché monétaire retrouve son équilibre. Le retour à l’équilibre s’explique, principalement, par la ponction de 4 MMDH, effectuée par la Banque centrale sur les avances à 7 jours. Les interventions de BAM, sur le marché, se limitent ainsi à 14 MMDH. Le Trésor a, quant à lui, continué d’animer le marché, via le placement de ses excédents de trésorerie. Leur encours quotidien moyen est ressorti à 9,4 MMDH, contre 7,8 MMDH, la semaine dernière. Dans ce contexte, les banques de la place ont ralenti le rythme de constitution de la réserve obligatoire, mais arrivent, néanmoins, à achever la période avec un excédent important de 14,5 MMDH. En conséquence, les taux monétaires sont restés quasi-inchangés et ont traité à 2,50% pour le taux moyen pondéré interbancaire et à 2,40% pour la pension livrée le jour même. Côté perspectives, le HCP table, en 2016, sur une croissance de 3,2% de la masse monétaire, compte tenu, d’une part, d’une consolidation des réserves internationales à leur niveau de 2015, et d’autre part, d’une augmentation du crédit intérieur de prés de 3,5%, au lieu de 2,7% en 2015.   

Remontée timide des indices de performance

Marché Actions
Pour la troisième semaine d’affilée, le marché boursier signe une performance positive, le principal indice de la place, le Masi, vient en effet de réaliser une performance hebdomadaire de 0,34% à 8.899 points. Dans son sillage, le baromètre des valeurs les plus actives s’apprécie de 0,41% à 7.257 points. Sur l’année, le bilan reste, en revanche, négatif pour l’indice de toutes les valeurs cotées qui brandit une contreperformance de 0,30%, a contrario, le baromètre des valeurs les plus actives parvient à sortir légèrement la tête de l’eau avec une performance de 0,02%. Côté échanges, ils se situent encore à des niveaux bas. En moyenne quotidienne, le flux brassé sur le marché central s’élève à 58,4 MDH, contre 57 MDH réalisés une semaine plus tôt. Par valeur, les principaux échanges ont porté sur IAM qui draine un flux de 68 MDH et finit, dans la foulée, la période sur une hausse de 1,89% à 115,75 DH. Derrière, ATW qui évolue sur une note quasi-stable, génère un flux hebdomadaire de 57,3 MDH pour achever la période à 328,25 DH. En troisième place des valeurs les plus actives, arrive BCP qui brasse 33,5 MDH et se déprécie de 0,09% à 215 DH.

S’agissant de l’engouement grandissant pour Maroc Télécom, il est motivé par le renouvellement, acté cette semaine, de sa licence de télécommunication globale en Côte d’Ivoire. L’opérateur marocain a, en effet, versé un acompte de 50 milliards de francs CFA (plus de 800 MDH) pour densifier la 3G, la 4G et investir dans le très haut débit et la fibre optique, via sa filiale Moov, troisième opérateur ivoirien. Dans la même lignée, Maroc Telecom a obtenu la licence 3G au Togo, à travers sa filiale Moov Togo, deuxième acteur de téléphonie mobile dans le pays. Côté variations, la plus forte hausse s’inscrit à l’actif de Label’ Vie qui progresse de 13,03% à 1.180 DH. Il est talonné par Microdata qui avance de 5,98% à 113,5 DH. À l’inverse, IB Maroc se déprécie de 18,99% à 49,82 DH. Cette chute brutale, du cours de la valeur, est due à la publication, par la société, d’un profit warning annonçant une baisse de 12% de son chiffre d’affaires, en 2015 à 189 MDH, un résultat d’exploitation proche de l’équilibre et un résultat net déficitaire. Soulignons qu’avec cette publication, la place casablancaise porte à six le nombre de profit warnings publiés à ce jour. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page