Maroc

Fès-Meknès/Sècheresse : plus de 5 MDH pour l’acquisition de citernes d’eau

La Chambre d’agriculture de la Région de Fès-Meknès dédie une enveloppe de 5 MDH à l’acquisition de citernes d’eau d’irrigation et d’eau potable pour les zones les plus impactées par la sécheresse. La saison agricole 2021-2022 dans la région enregistre un déficit pluviométrique de -69% par rapport une année normale et -64% par rapport à l’année dernière.

Conformément aux Hautes instructions royales, pour atténuer les effets du retard des précipitations et alléger leur impact sur l’activité agricole, la Chambre d’agriculture Fès-Meknès a pris une série de mesures pour mettre en œuvre le programme exceptionnel, élaboré par le gouvernement, visant à fournir l’aide nécessaire aux éleveurs et agriculteurs pour lutter contre les effets de la sécheresse.


En matière de précipitations, la région a enregistré, à fin février 2021, le déficit le plus important depuis 1981. En effet, la saison agricole 2021-2022 enregistre un déficit de -69% par rapport à une année normale et -64% par rapport à la saison 2020-2021, ce qui a affecté négativement les pâturages et les cultures d’automne, notamment les céréales et les légumineuses (blé humide, blé dur, orge, fève, lentilles et haricots) et provoqué une baisse des superficies plantées.

Dans ce cadre, la chambre a programmé l’acquisition de 150 citernes de deux tonnes pour assurer l’approvisionnement en eau d’irrigation à 197 collectivités territoriales dans le monde rural. Pour les citernes d’une tonne dédiée à l’approvisionnement en eau potable, la chambre a dédié une enveloppe de 1,5 MDH.

«Les citernes seront distribuées aux groupements professionnels, notant que la priorité sera accordée aux zones qui enregistrent de faibles réserves en eau et qui sont le plus impactées par le manque de précipitations», précise Mohammed Missouri, président de la Chambre d’agriculture Fès-Meknès. Et d’ajouter que «depuis quelques mois, le prix de l’acier ne cesse de grimper, ce qui va provoquer une augmentation des prix des matériels agricoles en général et des citernes en particulier».

Aliments subventionnés

Concernant les mesures d’appui au capital animal et végétal, la région a déjà entamé son programme de distribution de l’orge subventionnée dans les zones impactées par les effets de la sécheresse. Jusqu’au
1er mars, la DRA a procédé à la distribution de 45.757 quintaux dans les provinces d’El Hajeb, Boulemane, Ifrane, Taounate, Taza et Sefrou. D’une capacité prévue de 60.000 quintaux, le taux de réalisation dudit programme a atteint 76,26%, bénéficiant à 19.713 éleveurs.

«Il y a des provinces qui sont plus affectées comme il y en a d’autres qui peuvent attendre. Tout est programmé et on sait comment approvisionner au fur et à mesure les quantités», nous assure, Kamal Hidane, directeur régional de l’agriculture. Dans ce cadre, l’Office national du conseil agricole (ONCA) mettra à la disposition de la direction régionale de l’agriculture (DRA) Fès-Meknès des cadres et des agents dans les différents centres relais, afin d’appuyer cette opération. Ces représentants seront chargés, entre autres, de veiller au respect du prix de vente fixé par le gouvernement et de l’affichage des prix, en langue arabe, d’une manière apparente et lisible.

Ces représentants vont aussi veiller à ce que le titulaire du marché tienne un registre d’enlèvement (physique et électronique) de l’orge subventionnée et le mette à jour quotidiennement et valide les enlèvements quotidiens portés sur le registre. Ils seront, en outre, chargés de veiller au respect par le titulaire de la quantité maximale vendue par bénéficiaire telle que définie et d’informer l’ONICL en cas de risque de rupture de stock d’orge dans le centre relais. L’orge sera mise à la disposition des bénéficiaires en sacs de 80 kilogrammes net.

L’office sera également chargé de régler le différentiel de prix retenu. Ce règlement sera effectué sur la base des états récapitulatifs selon le modèle établi par l’ONICL indiquant les quantités enlevées par centre bénéficiaire. Par la suite, la DRA procédera à la passation de marchés pour le transport de l’orge des centres relais vers les chefs-lieux des communes excentrées. Et ce, sur la base des crédits qui leur sont affectés à cet effet. Elles délivreront alors les bons de transport exclusivement aux éleveurs relevant de la région. Pour ce qui est des aliments composés, ils seront mis à la disposition des bénéficiaires en sacs de 50 kilogrammes. Ces aliments seront accordés systématiquement aux éleveurs sous-traitants des entreprises laitières.

Élargissement de l’assurance agricole

Concernant l’opération d’assurance agricole, les responsables de la Mutuelle agricole marocaine d’assurances (MAMDA) ont mis en avant l’importance d’augmenter la superficie des terres agricoles assurées dans la région. L’assurance mettra en œuvre un dispositif spécifique pour encourager et développer l’assurance multirisque climatique pour l’arboriculture fruitière, afin de permettre aux agriculteurs de faire face à la sécheresse et autres risques.

Compte tenu de la situation critique des agriculteurs et afin de pouvoir indemniser dans un délai optimal les agriculteurs des zones défavorables, la MAMDA a d’ores et déjà initié le processus d’expertise alors que ce process n’est usuellement enclenché qu’au mois d’avril. Ceci permettra de raccourcir le délai d’indemnisation d’environ trois mois.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page