Maroc

Fès-Meknès. La pénurie d’eau potable inquiète la population

Les habitants de plusieurs provinces de la région de Fès-Meknès se révoltent contre la pénurie d’eau. Ils ont organisé en fin de semaine dernière des «manifestations de la soif». Suite à cela, la direction régionale centre-nord de l’ONEE-branche eau a assuré aux habitants que les équipes de l’ONEE sont à pied d’œuvre pour résoudre cette carence et garantir l’approvisionnement en eau potable, appelant l’ensemble des abonnés à œuvrer à l’économie et l’utilisation rationnelle de cette matière.

Depuis plus d’un mois, des familles entières dans la province de Sefrou, de Taza et des douars qui en relèvent subissent des restrictions d’eau pendant plusieurs heures. Une situation qui a conduit, cette semaine, des dizaines d’habitants des communes de Ribat Al-Khair et d’El-Menzel dans la province de Sefrou à organiser des «manifestations de la soif» contre les pénuries d’eau.


Les femmes sont descendues dans la rue, des bidons vides à la main pour protester contre ces coupures d’eau récurrentes. Les responsables de la direction régionale centre-nord de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE)-branche eau confirment bien la pénurie et l’incombent «à la demande croissante au cours de la période estivale et au recul du niveau de la nappe phréatique dans la région».

Ils préviennent que «la perturbation pourrait être enregistrée dans la distribution de cette denrée vitale allant d’une baisse de pression à des interruptions dans les villes de Ribat Al Khair et El Menzel ainsi que les douars qui en relèvent».

Pour surmonter cette situation, l’Office exhorte l’ensemble des abonnés à œuvrer à l’économie et l’utilisation rationnelle de cette matière, ajoutant que ses équipes sont à pied d’œuvre pour garantir l’approvisionnement adéquat en eau potable. ONEE informe également ses clients que les travaux de modification de la profondeur du forage principal, assurant l’approvisionnement de la population en eau potable, ont été achevés le 12 août. Il assure, par la même occasion qu’il va procéder à la réalisation d’un nouveau forage à compter de la semaine prochaine.

5,44 MMDH pour l’eau potable

Durant la période 2017-2021, des investissements de 5,44 MMDH ont été alloués au programme d’approvisionnement en eau potable au niveau de la région Fès-Meknès. Selon la direction régionale de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE)-Branche-Eau, ces crédits financent l’alimentation en eau potable en milieu urbain (3,63 MMDH) et dans le monde rural (1,81 MMDH).

Ces projets sont de nature à contribuer, à travers la mobilisation de nouvelles capacités de production d’eau potable à partir des eaux superficielles des retenues des barrages et des eaux souterraines, à l’amélioration des conditions de vie de la population et au développement socio-économique dans la région Fès-Meknès.

Les différents projets concernent particulièrement l’alimentation en eau potable des villes et centres de Fès-Meknès, à travers la mise en service et l’exploitation de projets de renforcement de l’alimentation en eau potable de la ville de Meknès depuis la station de traitement existante de Fès «Aïn Nokbi», desservant ainsi une population d’environ 720.000 habitants, pour un débit d’eau potable transféré de 250 l/s.

Ce projet a été réalisé dans le cadre du projet d’alimentation en eau potable des deux cités à partir du barrage Idriss 1er, d’un coût de 1,7 MMDH, consistant en la réalisation d’une prise d’eau par perforation du corps du barrage, une station de traitement pour un débit de 2 m3/s, 6 stations de reprise, 120 Km de conduites de diamètre variant entre 700 mm et 2.000 mm et 6 réservoirs d’une capacité 1.000 m3 chacun.

Il a été procédé également au cours de l’été 2021 à l’augmentation des débits d’exploitation de forages artésiens de la nappe de Saiss par la mise en place de nouveaux groupes de pompage immergés et le renforcement des débits des stations des eaux brutes et traitées d’Ain Nokbi. Le débit global, objet de ce renforcement, a atteint un débit additionnel de 265 l/s.

Ces projets concernent également la ville d’Azrou, à travers la mise en service en juillet 2021 d’un nouveau forage et d’une adduction sur 10 km pour un débit de 40 l/s pour un coût de 10,9 M DH. La ville de Taounate avec le lancement du projet de renforcement de l’alimentation en eau potable à partir du barrage Bouhouda, d’un débit de 50 l/s et d’un coût de 5,6 MDH ainsi que la poursuite des travaux de l’extension de la station de traitement Sahla pour un débit supplémentaire de 100 l/s pour un coût de 72 MDH.

Il faut noter que l’ONEE-Branche-Eau a mobilisé un investissement global de 1,34 MMDH pour la généralisation des projets de la desserte en eau potable au profit de 779 douars relevant de 30 communes de la région Fès-Meknès. Ces projets, réalisés en partenariat avec le Conseil de la région Fès-Meknès, s’inscrivent dans le cadre du programme de lutte contre les disparités sociales et territoriales en milieu rural (PRDTS) 2017-2023.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page