Maroc

Fermeture du Gazoduc Maghreb-Europe : l’Algérie risque de perdre l’Espagne comme client

Après la fermeture unilatérale par l’Algérie du gazoduc Maghreb Europe (GME) et les difficultés d’approvisionnement via les solutions de substitution, l’Espagne a décidé de ne plus dépendre du gaz algérien. En février dernier, les États-Unis ont consolidé leur position de principal exportateur de gaz naturel vers l’Espagne. Pour le deuxième mois consécutif, les achats de cette matière première aux États-Unis ont dépassé ceux de l’Algérie, qui était le principal fournisseur jusqu’à la fin de l’année dernière.

Ces données ont été publiées par le bulletin statistique d’Enagás, le gestionnaire du système gazier espagnol, qui indique qu’en février dernier, l’Espagne a acheté 12 472 gigawattheure (GWh) de gaz naturel aux États-Unis, contre 8 801 à l’Algérie. Ainsi, le poids du gaz naturel d’origine américaine a représenté 32,9% du total des importations espagnoles, tandis que l’Algérie arrivait en deuxième position avec 23,2%.

En ce qui concerne les importations, la totalité du gaz en provenance des États-Unis est arrivée en Espagne par méthaniers sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL), tandis que la totalité du gaz en provenance d’Algérie a été acheminée via le gazoduc Medgaz qui présente des failles de fonctionnement récurrentes.

Depuis la fermeture du GME, les autorités espagnoles font état de perturbations récurrentes dans la chaine d’approvisionnement via les solutions de remplacement proposées par Alger. Selon l’agence de presse fédérale russe FAN, la fermeture par l’Algérie du gazoduc Maghreb-Europe (GME) lui a fait infliger de lourdes pertes financières.

La même source précise que l’Algérie s’est heurtée à des problèmes techniques liés à ses projets d’étendre la capacité du gazoduc Medgaz, ce qui a provoqué une hausse du coût du transport à mesure que la demande augmente et que la crise énergétique s’aggrave en Espagne et dans toute l’Europe.

L’agence russe rapporte également que l’Espagne accuse l’Algérie de ne pas avoir respecté sa promesse de lui fournir du gaz en quantités suffisantes conformément aux engagements pris.

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page