Maroc

El Omari: «Je suis concerné par le discours du roi…»

 

 


Ilyas El Omari, secrétaire général sortant du PAM, vient de tenir un point de presse au siège du parti à Rabat. El Omari a soufflé le chaud et le froid lors de cette rencontre avec les médias en essayant de dissiper la confusion qui entoure sa décision.

Celui qui promettait, il y a quelques mois, monts et merveilles aux militants du PAM vient de quitter le sommet de sa formation politique.

Dix jours après le discours de la Fête du Trône, qui a mis le doigt sur les multiples anomalies dont souffrent les partis politiques marocains, El Omari, qui est également à la tête de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima avoue être concerné par le contenu du message royal.

«Si d’autres refusent cet exercice, moi, je m’y prête volontiers», souligne El Omari, qui s’explique: «Quand j’ai écouté hier les présidents de quelques communes, notamment de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, qui ont failli à leur mission, j’ai pris une décision. Ce n’est ni le bureau politique, ni les membres du parti qui ont choisi ces élus. C’est moi qui ai décidé de leur éligibilité, et c’est moi qui vais assumer cette responsabilité».

«Suite au discours royal, j’ai été surpris. Alors que celui-ci visait l’ensemble des partis politiques, ces derniers ont fait des sorties dans les médias pour approuver son contenu. Personne n’a avoué être concerné ou responsable. Je déclare être concerné par le discours du roi», affirme Ilyas El Omari, avant de préciser: «Je suis concerné, politiquement parlant».

Celui qui a été élu par plébiscite en janvier 2016 par les PAMistes explique aujourd’hui que sa décision «n’est certainement pas un coup de tête, ni même dictée par une circonstance» en rejetant totalement toute «pression extérieure» «Je ne reçois d’instructions ni d’en haut, ni d’en bas».

Par ailleurs, pour El Omari, il ne faut surtout pas comprendre cette démission comme une sortie du PAM ou sa fin d’homme politique. «Ma démission de la tête du parti ne signifie pas ma sortie dudit parti. Je reste toujours un membre du PAM». Et de préciser: «J’existais avant le PAM, et je vais continuais d’exister».

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page