Maroc

Drame d’Imlil : Des suspects arrêtés, la piste « islamiste » confirmée

 

Le drame du meurtre des deux jeunes touristes scandinaves à Imlil, dans les environs de Marrakech, secoue la toile. Un communiqué du Procureur général du Roi près la Cour de cassation a confirmé que les suspects appartiennent à des « factions extrémiste« .  


Plus tôt dans la soirée, les enquêteurs envisagaient déjà une « piste terroriste ». « La piste terroriste n’est pas à écarter. Les investigations se poursuivent » après la découverte des corps de deux randonneuses danoise et norvégienne lundi dans les montagnes du Haut-Atlas, a déclaré à l’AFP Boubker Sabik, le porte-parole de la Direction générale de la sûreté nationale.

« La piste radicale islamiste n’est pas écartée, du fait du profil du suspect arrêté et des trois hommes recherchés (…) qui ont des liens avec le milieu islamiste radical », a par ailleurs déclaré à l’AFP une source proche du dossier.

« Les trois (hommes) ont été identifiés et sont activement recherchés par tous les services sécuritaires », a précisé M. Sabik. L’un des trois a un « passé judiciaire lié à des actes terroristes », a précisé la source proche du dossier.

Les deux victimes ont été identifiées comme Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans et son amie norvégienne, Maren Ueland, 28 ans. Elles étaient parties ensemble pour un mois de vacances au Maroc.

Les deux amies comptaient faire l’ascension du Mont Toubkal, le plus haut sommet d’Afrique du Nord (4.167 mètres) et avaient planté leur tente dans un endroit isolé situé à environ deux heures de marche du village d’Imlil, selon les informations recueillies par l’AFP sur place.

Le premier communiqué des autorités marocaines précisait que les corps des deux victimes, découverts lundi, portaient des « traces de violence à l’arme blanche » sur le cou. L’une des deux femmes a été décapitée, a indiqué à l’AFP la source proche du dossier.

C’est le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), un service de « super-flics » spécialisés dans la lutte antiterroriste et de la grande criminalité qui a été chargé de l’enquête. Le procureur de Rabat a été saisi, a précisé à l’AFP la source proche du dossier.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page