Maroc

Dislog Group met le cap sur l’Afrique

 


Le groupe mise sur l’Afrique pour booster ses activités et entend s’implanter dans plusieurs pays du continent d’ici 2020.

Après le Maroc, cap sur l’Afrique ! Dislog Group entend faire du continent son nouveau «relais de croissance» durant les 4 prochaines années. Le groupe multiservices, plus connu de par ses activités de distribution de produits de grande consommation, concocte un véritable plan d’expansion au sud du Sahara. Le Sénégal, le Mali, le Burkina ainsi que le Nigeria, en plus des voisins nord-africains que sont la Tunisie et l’Égypte, sont les principales cibles du groupe dirigé par Moncef Belkhayat. L’implantation prévue dans ces pays viendrait ainsi s’ajouter à celle déjà effective en Mauritanie depuis 2014, où le groupe dispose d’une plateforme en phase de démarrage. «Nous avons des objectifs très ambitieux à l’horizon 2020 dans le cadre de notre stratégie de développement en Afrique. Nous visons notamment à faire entrer nos partenaires dans les pays où ils ne sont pas encore présents», explique le management de Dislog. Pour l’heure, cette stratégie est en cours de préparation, mais auprès du groupe, on avance que des projets pourraient être lancés «dans les mois à venir».

Pôles d’activités
Dans sa dynamique d’expansion, le management de Dislog Group n’exclut pas de nouer des partenariats avec les distributeurs des pays ciblés, mais entend en même temps y développer l’ensemble de ses activités. «Nous comptons aller en Afrique en y lançant tous nos pôles d’activités. Toutefois, les services qui s’intéressent aux médias et à la com’ nous semblent plus faciles à exporter», poursuit-on auprès de Dislog. En attendant, le groupe continue de miser sur ses activités au Maroc, à travers ses 7 filiales qui lui assurent un taux d’intégration de 65% pour ses clients, constitués essentiellement de multinationales étrangères. En 2015, Dislog annonce avoir réalisé un chiffre d’affaires de 1,8 MMDH, et un flux financier atteignant 2,5 MMDH. «Les chiffres ne sont pas encore arrêtés mais 2015 s’annonce positive en termes de résultat net», soutient le le groupe qui emploie 1.500 personnes. 


 

Le plus de Maroc Export

L’Afrique présente un large éventail d’opportunités dans plusieurs secteurs : l’agroalimentaire, les infrastructures, les énergies, la formation, etc. Les entreprises marocaines, eu égard à leur expertise et expériences dans ces domaines, ont beaucoup de débouchés à exploiter pour favoriser leur développement sur le continent. Maroc Export les accompagne afin d’augmenter leurs chances de mieux répondre aux appels d’offres. Les forums d’échange d’expertises, à l’instar du Forum du Bénin, l’internationalisation du Salon de l’eau et l’internationalisation d’Elec Expo, en collaboration avec l’AMEPA, la FENELEC et l’OFEC, sont autant d’actions à intensifier pour augmenter les chances des entreprises nationales de nouer des liens pour se voir confier des projets d’envergure. Maroc Export profite également de ces différents rapprochements pour organiser des rencontres B to B, en plus de missions d’affaires.


 

Adnane Oussidhoum
Directeur développement international Dislog Group

Les ÉCO : Quand  Dislog Group pense-t-il  s’implanter en Afrique ?
Adnane Oussidhoum : Dislog Group est implanté en Mauritanie, dans la zone franche de Nouadhibou, depuis 2014. Nous avons créé à cet effet une filiale en association avec des partenaires locaux mauritaniens ainsi qu’avec notre partenaire historique P&G. Aujourd’hui, notre plan de développement en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne a été arrêté dans le cadre de notre vision 2020. À ce titre, nous venons de créer une Direction générale pour le développement à l’international avec pour mission de mettre le focus sur ce projet pour lequel nous avons de grandes ambitions.

Quels pays privilégiez-vous ?
Nous n’avons pas défini de pays spécifiques. Toutefois, nous avons fixé 3 critères fondamentaux à nos futures implantations qui seront décidées en 2016. Nous privilégions un pays dans lequel un de nos partenaires (P&G, MARS, JDE…) disposerait de la taille critique. Ensuite, un pays où on trouvera le partenaire local idoine, et, enfin, un pays où sont présentes les banques marocaines.

Quel sera  le poids de l’Afrique dans vos activités ?
Pour nos activités de distribution et de logistique, nous tablons sur un poids des activités africaines allant jusqu’à 10% à l’horizon 2020. Par rapport aux autres métiers de notre groupe, à l’image de la communication classique et digitale et l’achat d’espace publicitaire, dont les activités dans le continent pourraient peser encore plus, il n’est pas impossible que nous entamions notre stratégie d’implantation en Afrique du Nord et subsaharienne par ce pôle du groupe. Nous serons fixés en mai 2016. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page