Maroc

Discours royal. La souveraineté nationale du Maroc réaffirmée

Dans son allocution à la nation, adressée à l’occasion du 68e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple, le souverain a appelé à une approche diplomatique qui favorise un traitement juste et équitable du Maroc, au lieu de chercher à cibler son intégrité territoriale.

Moins d’un mois après avoir tendu la main à l’Algérie dans une démarche fédératrice qui veut tourner la page à une longue histoire d’hostilité aux intérêts suprêmes du Maroc, le souverain a tracé dans le discours commémorant le 68e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple le cadre global des relations internationales du pays durant cette étape où la diplomatie marocaine a réussi à marquer sa présence et son influence au niveau continental et régional. L’enjeu principal pour le Maroc demeure les principes posés par la charte des Nations Unies qui impose de respecter la souveraineté et l’unité des États, avec un respect de la ligne de conduite à tenir en matière des relations bilatérales.


Avec le franc-parler habituel dans ses discours, le roi a résumé la situation actuelle par le fait que «les ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume ne souhaitent pas que le Maroc demeure la nation libre, forte et influente qu’il a toujours été. De plus, quelques pays, notamment des pays européens comptant, paradoxalement, parmi les partenaires traditionnels du Maroc, craignent pour leurs intérêts économiques, leurs marchés et leurs sphères d’influence dans la région maghrébine». Le roi a dans ce cadre affirmé que la diplomatie marocaine n’a opéré aucune interversion radicale avec ses orientations de base, qui serait à l’origine du volte-face constaté depuis des

La voie du dialogue direct toujours privilégiée

La confirmation de souveraineté du Maroc sera donc l’objectif principal de la diplomatie marocaine, avec un suivi direct du roi en vue de trouver une solution adéquate à chaque problématique posée. Le discours royal a mis en exergue l’épisode inédit des relations entre le Maroc et l’Espagne, après que ce dernier, notre partenaire au sein de l’UE, ait accueilli le chef des séparatistes.

«Avec un optimisme sincère, nous formons le souhait de continuer à œuvrer avec le gouvernement espagnol et son président, son Excellence Pedro Sanchez, afin d’inaugurer une étape inédite dans les relations entre nos deux pays», a indiqué le roi insistant à ce que 4 principes cardinaux devront désormais cadrer les relations avec notre voisin du Nord, que sont «le respect des engagements, la confiance, la transparence, et la considération mutuelle». La même optique est valable aussi avec le principal partenaire historique qu’est la France, en vue de pouvoir inaugurer une nouvelle ère des relations qui mettent un terme à la campagne de dénigrement visant le Maroc et ses institutions.

mois dans l’orientation diplomatique prise par certains pays envers le Royaume. «D’aucuns prétendent que le Maroc est ainsi assailli parce qu’il aurait changé son orientation politique et stratégique, ainsi que son modus operandi dans le traitement de certaines questions diplomatiques», a indiqué le roi à propos de l’argument de base des adversaires de l’unité du Maroc, avant de préciser qu’ «il n’en est rien et que le Maroc a effectivement changé, mais pas dans le sens souhaité par ses détracteurs. Il a changé parce qu’il n’accepte pas que ses intérêts supérieurs soient malmenés. Corrélativement, il s’attache à fonder des relations solides, constructives et équilibrées, notamment avec les pays voisins», a tenu à préciser le souverain dans son discours.

Une méconnaissance du rôle du Maroc ?

Pour le roi, «agrippés à des positions préétablies et à des considérations obsolètes, les dirigeants de certains pays ne saisissent pas encore que le problème ne réside pas dans les régimes des pays du grand Maghreb, mais bien dans les leurs, toujours teintés d’un passéisme désespérément rétif aux évolutions du temps». Plusieurs points ont été relevés par le souverain en vue de clarifier les conclusions auxquelles la diplomatie marocaine est arrivée durant cette dernière période.

Il s’agit en premier lieu d’une déviation qui découle du faible respect des missions traditionnelles de l’État et surtout de déployer «des arguments fallacieux» en vue de réitérer à chaque occasion le discours adopté envers le Maroc, l’accusant à tort, de ne pas respecter les droits et libertés. Le souverain a été catégorique sur ce point précisément en indiquant clairement que l’ère de cette tutelle était révolue et que ces mêmes parties doivent enfin «admettre que les règles du jeu ont changé (et) que, désormais, nos pays sont totalement aptes à gérer leurs affaires, à mettre en valeur leurs ressources et leurs potentialités, dans l’intérêt bien compris de nos peuples».

Le piège à éviter serait de s’inscrire dans cette logique du nihilisme qui découle de l’approche consistant à minimiser les efforts déployés par le Maroc en vue de renforcer l’État de droit, ainsi que d’entrer dans une confrontation diplomatique directe avec les détracteurs de l’intégrité territoriale du Maroc.

«Plutôt que d’appuyer les efforts du Maroc dans le cadre d’un équilibre souhaité entre les pays de la région, des rapports ont franchi toutes les limites de l’acceptable, allant jusqu’à recommander que soit freinée la dynamique de développement de notre pays, au motif captieux qu’elle crée une dissymétrie entre les États maghrébins», a déploré le roi devant l’attitude qui prévaut actuellement chez certains pays.

Il s’agit donc de mettre un terme à ces tentatives visant à traîner le Maroc dans une spirale de problèmes, tout en défendant les institutions du pays qui sont ciblées par la vague de dénigrement qui a été déclenchée. L’optimisme reste par contre de mise en dépit du contexte actuel des relations internationales du Maroc. En effet, le roi a clairement affirmé que «les ennemis de notre intégrité territoriale ne font que renforcer la foi et l’engagement déterminé des Marocains à défendre sans relâche la Patrie et ses intérêts supérieurs».

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page