Maroc

COP22 : Les hôteliers de Marrakech dans les starting-blocks

À l’approche de la COP22, Marrakech a mis toutes les chances de son côté pour suffire aux besoins en hébergement des participants. La ville ocre a ainsi dédié plus de 73 établissements hôteliers à l’accueil des intervenants et assistants accrédités, dont 25 sont classés 5 étoiles.

La COP22, événement phare de la rentrée, se déroulera à Marrakech du 7 au 18 novembre prochain. Et pour se donner toutes les chances de réussir l’organisation d’une réunion internationale de cette ampleur, la ville ocre a mis toute sa capacité touristique au service de la 22e édition de la Conférence des parties pour le climat. Les organisateurs disposent, depuis début octobre dernier, de plus de 73 établissements hôteliers dédiés officiellement à l’accueil des participants. 25 d’entre ces hôtels sont classés 5 étoiles, 25 autres classés 4 étoiles, 13 affichant 3 étoiles, ainsi que 2 hôtels non classés et 8 maisons d’hôtes et riads. Pendant que certains établissements affichent encore quelques chambres disponibles alors même que les réservations sont clôturées depuis au moins une semaine, ceux situés à proximité du lieu où la conférence sera tenue, communément appelée Zone bleue (dans le village Bab Ighli), sont, sans surprise, au complet, et ont même été retirés de la liste des réservations à l’hébergement sur la plateforme digitale réservée à la COP22.

Parmi eux figurent le Sofitel, l’Hivernage Hotel et Spa, The Pearl, Essaadi Marrakech Resort Hotel et Spa et les Jardins de l’Agdal. Ces établissements avaient réservé plus de 80% de leur capacité hôtelière à l’événement, et avaient maintenu les prix au niveau de ceux généralement en vigueur à la haute saison. Un réflexe commercial qui n’est pas à retenir contre les directeurs d’hôtels puisque les participations, sponsorisées et groupées pour la plupart, constituent l’une des rares opportunités non-saisonnières durant lesquelles ces établissements engrangent du chiffre.

L’atout green
Au sein du Conseil régional du tourisme de Marrakech,  les responsables nous confient que ces hôtels «affichent un prix d’au moins une centaine d’euros la nuitée». Pour autant, la préparation de l’événement ne se limite pas à la simple capacité hôtelière fournie par les établissements classés. Elle comprend également celle offerte par un nombre d’hôtels non classés, de maisons d’hôtes et de riads de la région. Aussi, des établissements tels que le Royal Palm Hotel profitent-ils de l’occasion pour innover et font de la COP22 un vecteur d’alignement des offres sur l’environnement et la responsabilité écologique.

C’est ainsi que des offres comme l’immersion «green» sont aujourd’hui proposées, sur lesquelles des hôtels d’envergure comptent pour tâter l’intérêt du consommateur engagé. Ce programme d’accompagnement des visiteurs comprend, entre autres, une visite de la nature environnante, la sensibilisation des enfants aux enjeux environnementaux et des repas du terroir. Une approche louable compte tenu des nombreuses retombées à long terme, et du fait de la possibilité pour ces établissements de bâtir un modèle économique dessus.

Par ailleurs, précise-t-on au sein du Conseil régional du Tourisme, «une commission de veille à la propreté et l’état sanitaire des chambres assure la veille de la qualité de la disposition des chambres régulièrement». Une mesure de précaution mise en place pour éviter les mauvaises surprises potentielles, à l’instar de celle récemment constatée à Tanger où des manquements divers liés à la gestion du mythique hôtel El Minzah ont causé son déclassement de 5 à 3 étoiles, ainsi qu’un changement au niveau de son top management.

En revanche, des labels nouvellement établis, relatifs notamment au niveau de respect de l’environnement et de l’impact des exploitations sur la préservation du climat et des ressources naturelles, semblent gagner davantage de terrain. C’est le cas du label «clef verte», décerné à plus de 34 établissements hôteliers lors de la dernière session d’attribution de l’écolabel. Ils sont aujourd’hui 80 hôtels à justifier de ce label, issus de 25 villes du royaume. Ce label a été instauré pour récompenser les efforts fournis par les établissements, villages de vacances, maisons d’hôtes, auberges, gîtes, éco-lodges, fermes et maisons d’hôtes soucieux de faire de l’écologie une pierre angulaire de l’expérience qu’ils proposent à leurs hôtes. Il ne fait désormais aucun doute que le Maroc est aujourd’hui plus que capable d’organiser avec succès un événement tel que la COP22. Une conférence mondiale qui fait des nouveaux défis écologiques ses principales priorités.


Le challenge de la qualité

Les 350 établissements hôteliers objets de contrôle, dans le cadre des préparatifs pour la tenue de la COP22 en novembre prochain à Marrakech se classent au-dessus de la moyenne en terme de qualité des services rendus et de sécurité sanitaire, a indiqué, lundi dernier à Marrakech, la secrétaire générale du ministère du tourisme, Nadia Roudies. Lors d’une rencontre organisée au siège de la Wilaya, Roudies a souligné que cette réunion vise à mobiliser et à sensibiliser les différents acteurs du secteur du tourisme à l’importance de la COP22 qui est de nature à promouvoir davantage le tourisme dans la cité ocre tout en ancrant une bonne image du Maroc à l’échelle internationale. Elle a par la même occasion appelé l’ensemble des parties prenantes au niveau du secteur, plus précisément les propriétaires des établissements hôteliers à renforcer les efforts et à améliorer la qualité des services rendus de manière à satisfaire au mieux les attentes et besoins des participants à ce rendez-vous mondial. Le Wali de la région, Abdelfattah LeBjioui, a plaidé pour une adhésion effective et efficiente de l’ensemble des acteurs du secteur de manière à réussir cette manifestation d’envergure internationale. Quant au président du service économique et social au sein de la Wilaya de Marrakech-Safi, Abdellatif El Azouzi, il a indiqué que le comité d’audit à l’encontre des établissements touristiques veillera à accompagner les établissements avant ainsi que tout au long du sommet en vue d’atteindre les objectifs escomptés. S’agissant des représentants de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), ils ont précisé que l’ensemble des procédures ont été prises par l’établissement de manière à assurer une sécurité alimentaire et sanitaire des produits alimentaires, à travers notamment la formation d’un comité spécialisé en mettant à sa disposition des laboratoires d’analyses équipés pour le contrôle des produits alimentaires. Le président de l’association de l’industrie hôtelière de Marrakech, Salah Eddine Naciri a, pour sa part, relevé que la COP22 permettra d’imprimer un nouveau dynamisme au tourisme national.

Ce que révèle le dernier rapport sur le branding Morocco



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page