Maroc

Conjoncture : le HCP prévoit 3,4% de croissance au premier trimestre

La croissance économique devrait s’accélérer au premier trimestre 2023 pour atteindre les 3,4%. C’est ce qui ressort des prévisions du Haut-commissariat au plan. Elle serait portée par un redressement de 6,7% de la valeur ajoutée agricole sur fond d’un retour de conditions climatiques favorables et d’une amélioration des activités hors agriculture de 3%.

L’économie marocaine devrait remonter la pente en 2023, selon les prévisions du Haut-commissariat au plan. Pour arriver à ce niveau, il faut impérativement des sacrifices. Le pouvoir d’achat des ménages, en milieu rural, serait particulièrement soutenu à hauteur de 4,5% au premier trimestre, au lieu de +1,1% au cours de la même période de 2022.

Majoritairement, la demande intérieure verrait sa contribution à la croissance économique globale s’accroître, pour atteindre +3,2 points au premier trimestre 2023, au lieu de +0,8 point au cours de la même période de l’année antérieure.  Mais il y a un effort à faire pour ce faire. Et cela passe d’abord par le redressement des activités agricoles. C’est-à-dire bénéficier d’une pluviométrie régulière favorable aux attentes du secteur agricole. Compte tenu de la décevante campagne agricole de la saison écoulée, le déficit était énorme.

Avec 69% de pluviométrie en octobre et novembre derniers, le secteur agricole a été relancé mais les retombées restent insignifiantes comparé aux années antérieures.  S’agissant des services (filières non marchandes et branches commerce et tourisme), ils contribuent au raffermissement de la valeur ajoutée du secteur tertiaire, favorisant une hausse de sa valeur ajoutée de 4,6% au premier trimestre 2023. Quant au secteur secondaire, il continue de subir les effets de la demande étrangère adressée aux industries d’exportation et de la poursuite du repli conjugué des activités minières et de la construction.

Dans l’ensemble, la valeur ajoutée hors agriculture augmenterait de 3%, en variation annuelle, au premier trimestre 2023. Compte tenu d’une hausse de 6,7% de la valeur ajoutée agricole, l’activité économique devrait progresser de 3,4%, au premier trimestre 2023, en variation annuelle, au lieu de 0,3% au cours de la même période de l’année 2022.

Par ailleurs, les perspectives de croissance au niveau mondial, pour le premier trimestre 2023, restent enclins à de nombreux aléas pouvant affecter l’activité économique à la hausse ou à la baisse, dont, notamment, les développements géopolitiques, en particulier en Ukraine, la situation sanitaire en Chine, l’efficacité et la poursuite des soutiens budgétaires, les impacts du resserrement monétaire sur la consommation et l’investissement ainsi que la volatilité des marchés des matières premières.

Le manque de dynamisme de la demande intérieure dans les principales économies avancées et le fléchissement des nouvelles commandes à l’exportation dans le secteur manufacturier pourraient contraindre le commerce mondial qui devrait ralentir au premier trimestre 2023. Dans ce contexte, la demande mondiale adressée au Maroc se modérerait, avec une hausse prévue à 3%, en variation annuelle, au lieu de +4,1% lors de la même période une année auparavant. La contribution des exportations à la croissance nationale ralentirait à +2,4 points, au lieu de +6,9 points, un trimestre auparavant.

Abdou Mbaye / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page