Maroc

Agadir : le débat sur le marché scandinave ravivé

Lors de la tournée régionale de l’ONMT, mardi à Agadir, les professionnels ont formulé le souhait de voir la destination rasseoir son positionnement hivernal via le ciblage du marché scandinave qui, auparavant, offrait un taux d’occupation en hiver similaire à celui de l’été.

Durant la 7e escale de la tournée régionale de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) à Agadir, trois questions sont revenues lors des échanges avec les professionnels de la première station balnéaire du royaume. Il s’agit de la récupération du positionnement hivernal de la destination, de l’intégration de la station balnéaire de Taghazout à la marque Agadir et de l’épineuse question de l’aérien. Aujourd’hui, l’ONMT, à travers sa stratégie de reconquête déclinée au niveau régional, veut permettre à la destination de récupérer ses parts de marché perdues après la crise de la Covid-19 à travers l’ancrage de sa marque balnéaire et en axant la promotion sur les marchés émetteurs prioritaires, en l’occurrence la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Selon l’office, la destination Agadir a connu ces cinq dernières années (avant la Covid-19), une augmentation moyenne des arrivées de 8%, tandis que les nuitées ont évolué de +5%. Les marchés français et allemand restent les deux premiers pourvoyeurs de touristes pour la région Souss-Massa avec environ 51% de part de marché cumulée. D’autres marchés font leur apparition, comme le Royaume-Uni avec une progression des nuitées de 8% en 2019 par rapport à 2018. Mais les professionnels tiennent au marché scandinave, essentiellement aux flux norvégiens, danois et suédois qui, auparavant, enregistrait un taux d’occupation en hiver similaire à celui de l’été. S’agissant de la station de Taghazout, qui figure aussi parmi les trois axes de la stratégie consacrée à la destination, l’ONMT veut apporter de l’innovation à la destination en suscitant un nouvel intérêt autour de la marque Agadir et en la renforçant à travers la mise en valeur de ses richesses.


Agadir-Taghazout : complémentarité ou concurrence ?
Une fois que la Nouvelle station touristique intégrée de Taghazout (NSTIT) achèvera son ouverture complète (sur 9 établissements programmés, 4 hôtels sont déjà opérationnels), sa part, qui se situait aux alentours de 7% en 2019, sera revue à la hausse. À noter qu’en se référant aux statistiques du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir-Souss-Massa, la station balnéaire d’Agadir a accueilli, avant la crise de la Covid-19, plus de 1,1 million de touristes annuellement (2019 et 2018). Néanmoins, certains professionnels ont exprimé leur peur de voir la station de Taghazout grignoter les parts de marché de la station balnéaire gadirie car elles présentent les mêmes caractéristiques, bien que l’offre de la première devrait être à la fois différente et complémentaire à la seconde. En ce qui concerne l’aérien, l’ONMT compte renforcer, après la relance, les liaisons aériennes à partir des principaux bassins émetteurs. En attendant l’intégration des spécificités de chaque région à l’issue de cette tournée, surtout par rapport aux marchés ciblés, à l’aérien et à la promotion, l’ONMT prévoit le nombre de 13 millions de touristes visant la destination Maroc à l’horizon 2023. En effet, de 9,37 millions de touristes en 2012, les arrivées au Maroc ont enregistré une progression continue pour atteindre 12,93 millions de touristes en 2019. Pour la destination Agadir, l’ONMT, en partenariat avec Royal Air Maroc (RAM), a mis en place, le mois dernier, 4 nouvelles routes aériennes directes reliant Agadir à Londres, Bruxelles, Manchester et Lyon et ce, à raison de 2 fréquences chacune.

Reprise : les nationaux en tête, suivis par les MRE et TES
Toujours selon les projections de l’ONMT, c’est le rythme de retour des nationaux qui atteindra le taux le plus élevé (65%) en 2021. Il sera suivi par les Marocains résidents à l’étranger (MRE) et les touristes étrangers de séjour (TES), respectivement à hauteur de 45 et 35%. Pour l’année 2022, la reprise sera de 100% pour les nationaux contre 90 et 70% pour les MRE et TES. En ce qui concerne les scenarii au titre de la saison 2021, l’ONMT a déjà sécurisé 1,1 million de nuitées, soit 330.000 visiteurs sécurisés chez les Online Travel Agencies (OTA) majeures dans le cadre des partenariats avec les tour-opérateurs (TO). Concernant la stratégie de reconquête (ATL), celle-ci est tout d’abord basée sur l’accès des touristes au territoire national à travers un accompagnement et un assouplissement des conditions d’accès (test PCR). Vient ensuite la restructuration de la capacité en sièges aériens. À cela s’ajoutent la consolidation de la relation avec les TO, à travers la sécurisation des partenariats avec ces grossistes de voyages, et le lancement de la promotion en faveur des touristes en tant que clients finaux.

Promotion et sécurisation des sièges aériens
Sur le plan marketing, l’ONMT prévoit aussi deux campagnes promotionnelles par an aussi bien pour les nationaux et les MRE que pour les marchés émetteurs. Parallèlement, l’office est en train de sécuriser les sièges aériens avec les TO pour le volet commercial dans le cadre de sa stratégie concurrentielle (3D) basée sur la distribution (aérien, TO et OTA), le digital avec le lancement de sa propre plateforme digitale dédiée aux différents segments ciblés et les deals par marché. À noter qu’en se basant sur les études menées par l’ONMT au sujet des différents marchés en matière de segmentation, il a été procédé à un branding de l’offre marocaine décliné en 3 marques distinctes. Une marque pour le tourisme domestique, qui s’adressera aux nationaux et aux MRE, une marque pour le tourisme international à destination des voyageurs du monde et, enfin, une marque Corporate ONMT ciblant les tour-opérateurs, les compagnies aériennes, les professionnels du tourisme et les médias. 

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page