Maroc

11 Marocains d’El Jadida interceptés en mer au Portugal

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Un petit bateau avec, à son bord, 11 migrants qui avait fait le départ depuis El Jadida, a été intercepté par la police maritime portugaise entre les îles d’Armona et de Culatra, mercredi aux alentours de 4h du matin, rapporte le quotidien portugais Algarve daily news.

Les 11 jeunes, qui n’ont pas déclaré leur identité, « mais qui semblent être des Marocains » selon la police portugaise, disent avoir entre 21 et 30 ans et affirment qu’ils ont passé quatre ou cinq jours en mer, a déclaré à la presse le commandant de la garde maritime du Sud, le capitaine Rocha Pacheco.


Ils ont également affirmé que la traversée s’est faite sur un petit bateau ouvert, avec un moteur de 15 chevaux.

«L’alerte a été émise à 4 h 20 du matin par des travailleurs d’Armona, qui ont signalé un navire suspect. Des officiers de la police maritime d’Olhão se sont rendus sur les lieux et ont intercepté le navire, amenant ses occupants au capitanat du port d’Olhão », a déclaré Rocha Pacheco.

Une fois interceptés, trois jeunes parmi le groupe intercepté ont été transférés à l’hôpital, car « leur état de santé nécessitait des soins ».

Cette tentative de rejoindre la côte de l’Algarve est la deuxième en quelques semaines, rapportée par les médias portugais. Le 11 décembre dernier, un groupe de huit Marocains a été intercepté après avoir atterri à la plage de Monte Gordo. Ces migrants ont été accueillis au Centre portugais pour les réfugiés, à Lisbonne.

Une source hospitalière a révélé à la presse portugaise que les trois migrants qui avaient été soignés à l’hôpital de Faro ont été libérés à 10h30 avant de se diriger à la direction régionale du SEF (Service des étrangers et frontières) à Faro.

Le Service des étrangers et des frontières a affirmé que les 11 Marocains ont soumis une demande de statut de protection internationale au gouvernement,  « dans le cadre de la protection internationale appliquée dans d’autres cas de ressortissants étrangers secourus en Méditerranée, la demande d’octroi du statut sera enregistrée », explique un communiqué de SEF.

Pendant une période donnée, les documents fournis pour prouver l’entame de la procédure en question, leur permettra de bénéficier de soins médicaux, d’une éducation, d’un logement et de moyens de subsistance, est-il expliqué.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page