Les Cahiers des ÉCO

«Le public marocain est l’un des plus chaleureux et réactifs»

kids united, Groupe de musique français

Samedi 27 janvier, les Kids United, groupe de musique français composé de 5 enfants âgés de 10 à 17 ans, donnera un concert frais et vitaminé. Organisé par la Fabrique événementielle, une agence intégrée spécialisée dans les évènements pour enfants, adolescents et la famille, le spectacle se déroulera dans la salle couverte du Complexe sportif Mohammed V à Casablanca. Plus de 3.000 fans sont attendus. A la veille du jour J,  les Kids United se sont prêté au jeu des questions-réponses.

En moins de deux et trois albums à leur actif avec un peu plus de 1,5 million d’albums vendus, les Kids United sont devenus un phénomène planétaire. Gloria, la benjamine de 10 ans, Erza, 11 ans, Gabriel, 15 ans, Esteban et Nilusi, 17 ans, séduisent grands et petits avec des reprises et des compositions originales qui touchent. «C’est à la fois un projet multi-générationnel tant par les musiques que nous avons choisies et la modernité des réalisations au niveau de la production, le fait également qu’ils soient ambassadeurs de L’Unicef», précise Fabrice Marchal, le manager du groupe. Dans leur troisième album, «Forver United», qui sera le dernier avec cette formation, des stars de la chanson française prêtent leur voix et participe au projet. Une reconnaissance pour ces jeunes artistes avec l’étoffe des plus grands. «Nous avons choisi des artistes avec qui les enfants avaient une sincère affinité lors de différentes rencontres et les enfants ont voulu partager ce moment avec leur public». Parrainé par Helène Segara et Corneille, le jeune groupe était composé de musiciens âgés de 8 à 15 ans en 2015, aux débuts du groupe. Ils étaient 6 au départ. Carla quitte le groupe en 2016 et Nilusi vient de confirmer son départ également, elle décide de voler de ses propres ailes après le concert de Casablanca. Ce 27 janvier au Complexe sportif Mohammed V, les Kids United présentent leur dernier album sorti en août 2017 et qui est une fois de plus classé numéro un des ventes en France. Sur ce nouvel album, composé de quatorze reprises célébrant la paix et l’espoir, et visité par des stars comme Patrick Bruel, Jenifer, Michel Fugain, Corneille, Claudio Capéo et Vitaa. les messages de tolérance,   paix et amour sont au menu. Et cerise sur le gâteau, chacun des jeunes artistes a droit, pour la première fois, à un solo. Avec près de 800.000 exemplaires vendus de leur 1er album «Un monde meilleur» et des dizaines de millions de vues du clip de leur tube «On écrit sur les murs», 550.000 exemplaires vendus de leur 2e album «Tout le bonheur du monde» et plus de 340.000 exemplaires pour leur denier album «Forever united», Kids United est aujourd’hui le groupe favori des cours de récréation et de tous ceux qui ont su garder un cœur d’enfant. 

Les Inspirations ÉCO : Votre succès dépasse les frontières, comment vous êtes-vous préparé pour ce deuxième rendez-vous au Maroc. Est-ce que tous les publics sont les mêmes ?
Esteban : On est déjà venus à Casablanca. Perso, c’est l’un des concerts qui m’a le plus marqué. Le public marocain est pour moi l’un des plus chaleureux et réactifs.
Gabriel : Non, tous les publics ne sont pas les mêmes ! On ressent beaucoup sur scène l’énergie et l’ambiance du public et souvent on donne beaucoup plus quand on fusionne avec les spectateurs.
Nilusi : Les concerts au Maroc sont toujours géniaux. Tous les publics ne sont pas les mêmes et c’est ce qui crée cette adrénaline avant chaque concert. On ne sait pas comment le public va réagir alors on donne toujours tout ce qu’on a.
Gloria : Le public est très chaleureux au Maroc. Pour nous, ça va pas être difficile de se motiver car c’est un vrai public qui crie et applaudit. On adore ça, ça donne la pêche. C’est le meilleur moyen d’être prêt pour la scène.

Votre premier album s’est vendu à des millions d’exemplaires, vos chansons sont sur toutes les bouches, vous attendiez-vous à un succès pareil et comment gérez-vous ce succès à votre âge ?
Esteban : Personne ne s’attendait à ça. C’est une aventure incroyable alors il faut en profiter.
Gabriel : Non, on aurait jamais pensé avoir un tel succès mais j’en rêvais au fond de moi. C’était à la base un petit projet qui est devenu grand. Pour gérer le succès, je reste moi-même et c’est important d’avoir sa famille proche de soi. Leur soutien est primordial pour garder la tête sur les épaules.
Nilusi : On ne s’attendait pas du tout à ce succès et personnellement je ne le réalise toujours pas. Je pense qu’il faut garder un cercle avec ses proches pour garder ses idées claires et ne pas s’envoler trop vite. Ensuite, on ne se considère pas vraiment comme des stars ou autre et on vit pratiquement la même vie que nos amis non artistes.
Gloria : Moi, je suis dans la musique depuis que je suis toute petite. La seule différence, c’est qu’aujourd’hui on a des gens qui aiment ce qu’on fait. Ça fait du bien et ça donne envie de se dépasser.

Comment conciliez-vous l’école et votre carrière artistique ?
Esteban : En ce qui me concerne, je suis au CNED (école par correspondance en France). Pour gérer tous les aspects de nos vies, ça demande quand même un peu d’organisation.
Gabriel : J’ai des professeurs particuliers qui viennent à la maison ou à l’hôtel afin de pouvoir concilier l’école et ma carrière.
Nilusi : Nous faisons pratiquement tous le CNED, école à domicile car c’est plus simple et serein pour nous.
Gloria : Tout est aménagé pour que je puisse faire les deux et bien les faire.

Comment s’est faite la rencontre avec l’Unicef ?
Esteban : Une belle rencontre avec Christine d’Unicef France. Elle est le lien entre nous et tout ce qui concerne l’Unicef.
Gabriel : L’Unicef était dans le projet depuis le début et c’est le critère qui m’a fait vouloir vraiment participer à ce projet. Défendre des enfants par des enfants nous paraît être légitime.
Nilusi : Nous attendions depuis longtemps la rencontre avec l’Unicef. Tous les voyages qu’on a pu réaliser à leurs côtés par la suite ont été bouleversants. Nous avons appris beaucoup de choses et nous avons été sensibilisés à de nombreuses causes.
Gloria : Un jour, on a rencontré une des responsables et on a commencé à faire plein de projets et plein de voyages ensemble qui nous ont ouvert les yeux sur le destin de certains enfants dans le monde.

À chacun de vos concerts ou apparitions, vous remerciez l’Unicef pour son soutien. À quel point l’Unicef vous a aidés ?
Esteban : L’Unicef nous a permis de rencontrer et de partager avec des enfants qui manquent de tout dans des pays en difficulté. L’Unicef nous a appris certaines valeurs loin de nos vies riches et matérielles.
Gabriel : L’Unicef m’a fait grandir et m’a fait réaliser à quel point le monde a besoin de soutien et qu’un monde meilleur est possible. Cela m’a donné aussi une responsabilité envers mon prochain.
Nilusi : L’Unicef nous a aidés nous dans notre humanité tout simplement. Nous avons réalisé les chances que nous avions mais aussi les chances dont on ne se rendait plus compte. Ensuite, on a pu apporter de nous à des familles qui habitent dans des milieux austères et on a pu être utiles malgré nos âges.
Gloria : L’Unicef nous a aidés à apprendre et comprendre comment aider.

Comment se passe le choix des chansons et le travail sur les morceaux ?
Esteban : On nous propose des chansons, on les travaille seuls et ensuite ensemble pour être prêts lors des événements
Gabriel : Pour le choix des titres, il y a plusieurs meeting avec la production et on choisit avec eux les titres qu’on aime.
Nilusi : Nous nous concertons tous pour le choix des chansons. On essaie de faire en sorte que tout le monde soit d’accord. Ensuite, nous enregistrons tous les 5 séparément en studio puis tous les 5 ensemble et le directeur artistique s’occupe de réaliser le découpage par la suite.
Gloria : Depuis toujours, on nous donne un découpage adapté à chaque voix dans les chansons. On a un directeur artistique qui nous guide et nous soutient.

Comment avez-vous vécu  la séparation avec le groupe ?
Nilusi : La séparation était vraiment touchante pour moi. J’ai vécu les plus belles années de ma vie avec les Kids, j’ai réalisé mes rêves avec eux. C’était un départ difficile mais je l’ai fait pour mieux me retrouver et ne pas mentir à mon public. Je voulais offrir une nouvelle part d’authenticité que je cache en moi. Partager mes compositions et mes messages. C’était un choix risqué à faire mais aujourd’hui la création de mon album est un réel épanouissement pour moi et je pense ne jamais avoir été aussi fière d’un de mes projets. J’ai hâte de vous le dévoiler.

Est-ce que vous pensez à l’après Kids United ? Sachant que la plupart d’entre vous a fait ou fait des choses en parallèle. Est-ce que vous allez continuer dans la musique ?
Esteban : Je pense continuer avec mon cousin Diego avec qui j’avais déjà un duo avant les Kids.
Gabriel : Je vois l’après Kids toujours dans la musique et la danse. Je ne cache pas que le cinéma me tente aussi.
Nilusi : Je pense beaucoup à l’après Kids United, en réalité je suis en plein dedans. Je suis actuellement en train de préparer mon album solo depuis un mois. J’écris et compose de nombreuses chansons depuis deux ans et j’ai senti que c’était le moment de prendre mon envol et me concentrer sur les messages que j’aimerais également passer. C’est un album qui me touche énormément et qui délivrera beaucoup de moi. Je n’ai jamais été aussi sincère de ma vie.
Gloria : Pour l’instant, on se concentre sur le présent mais je suis sûre qu’on continuera tous dans la musique.   

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page