Politique

Souss-Massa : le NMD interpelle le Conseil régional

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le Nouveau modèle de développement (NMD) invite la Région Souss-Massa à innover par rapport à la conception de son Programme de développement régional (PDR) pour améliorer ses indicateurs et réduire ses disparités territoriales, tout en usant de son intelligence collective. Détails. 

Si la période 2015-2021 a été celle de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, le second mandat des Conseils régionaux sera, quant à lui, confronté à un enjeu de taille. En effet, ces derniers seront amenés, dans le cadre du principe de subsidiarité, à accorder leurs violons avec le Nouveau modèle de développement (NMD). À cet égard, la Région Souss-Massa, qui s’est vu replacée dans le cadre d’une nouvelle centralité géographique, en vertu du discours royal du 6 novembre 2019, ne déroge pas à cette règle.


Le prochain Programme de développement régional (PDR) pour la période 2021-2027 ainsi que le Schéma régional de l’aménagement du territoire (SRAT), déjà conçu à l’horizon 2046 (25 ans), doivent converger dans le cadre de cette co-conception des politiques publiques avec l’État, relevant du NMD. Comment y parvenir? Selon le Dr.Abdelghani Yatribi, chercheur en développement local, «l’approche basée sur la notion «Projet» a montré ses limites. Cette méthode a été adoptée durant plusieurs mandats, mais en se référant au classement de la région, force est de constater que le Souss-Massa a gardé, depuis des années, une position presque constante en tant que sixième région créatrice de richesses, à hauteur de 6,6% à 6,7% du PIB national, soit 70,1 MMDH en valeur», explique-t-il.

PDR : innover en termes de conception
C’est la raison pour laquelle «le projet ainsi que son financement constituent des outils pour arriver aux objectifs d’amélioration des indicateurs de développement socioéconomique et de qualité de vie des citoyens», ajoute Abdelghani Yatribi. Deuxième point, mais non des moindres, qui justifie cette approche orientée vers l’amélioration des indicateurs économiques et sociaux, mettant l’humain au cœur des priorités, c’est que les régions sont engagées dans un processus de concurrence économique malgré les disparités existant entre les différents territoires. «Aujourd’hui, ces derniers sont classés, non pas sur la base de leurs projets, mais sur leurs capacités à créer de la richesse pour la région et au profit de leurs citoyens. Dans ce sens, le NMD invite les Conseils régionaux, dont celui de Souss-Massa à innover par rapport à la conception de leur PDR», précise Abdelghani Yatribi. En attendant l’activation des instances et organes de fonctionnement du Conseil régional, la nouvelle équipe dirigeante est chapeautée, pour la première fois, par un ancien président de la Chambre de commerce, d’industrie et de services, qui est Karim Achengli. Celui-ci dispose de tous les atouts, y compris son expérience dans le secteur privé et le milieu des affaires, afin de fédérer l’intelligence collective régionale pour répondre aux futurs enjeux de développement.

Une Task force, motrice d’intelligence collective
«La création d’une Task force régionale, en fonction des différentes attributions de la région, procurera à cette dernière les moyens de réagir, parallèlement au travail de ses organes de gouvernance», selon Abdelghani Yatribi. Parmi les préconisations, figure aussi la question de la formation des ressources humaines afin de les impliquer, sur le plan de la gouvernance, dans la mise en œuvre de cette nouvelle génération de PDR, dans le cadre du NMD. Ayant une vocation généraliste et multi-écosystèmes, l’économie de la Région Souss-Massa génère actuellement l’essentiel de son PIB du triptyque Agriculture-Tourisme-Industrie de la Pêche (ATP). Toutefois, les inégalités économiques et sociales, au sein de la région, revêtent des formes multiples et varient considérablement d’un territoire à l’autre. Elles nuisent au progrès de la région et contribuent à aggraver les disparités entre préfectures et provinces, mais aussi entre villes. «Dans le cadre du Nouveau modèle de développement, la région est amenée à disposer d’une identité propre. L’objectif est de générer un impact économique et social en accompagnant le développement des infrastructures urbaines afin de mieux réduire les disparités territoriales», propose Abdelghani Yatribi.

Faire basculer le classement de la région
Selon le Nouveau modèle de développement, la conception des politiques publiques sera portée en priorité par les territoires. De ce fait, le NMD est porteur d’une nouvelle vision sur le rôle des territoires et des élites politiques, surtout dans le cadre de ce «Maroc des Régions» qui fait partie intégrante des choix stratégiques de ce chantier. Intervenant à hauteur de 6,7% dans le PIB national, la Région Souss-Massa occupe une place médiane en termes de contribution régionale à la création de richesses du pays. Cette position, presque constante au milieu du classement, n’a pas bougé d’un iota depuis des années. C’est pourquoi, et plus que jamais, la prochaine équipe dirigeante du Conseil régional se verra confrontée au défi de faire évoluer ce classement, avec l’appui des deux programmes d’envergure déjà lancés. Il s’agit du programme de développement urbain (PDU) d’Agadir et de la première déclinaison régionale du Plan d’accélération industriel (PAI).

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page