Politique

Séance mensuelle : Akhannouch détaille les piliers de l’État social

La première audition du Chef du gouvernement, devant la Chambre des représentants, a été consacrée aux mesures visant à consolider le processus de couverture sociale et le renforcement du dispositif destiné aux populations vulnérables ciblées.

Majorité et opposition, au sein de la 1re instance législative, ont interpellé le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, sur les mesures qui seront activées en vue de baliser le terrain devant un élargissement des droits sociaux des Marocains durant ce mandat. Les groupes parlementaires sous la coupole ont, en effet, réservé la première séance mensuelle du contrôle de l’Exécutif au pôle social, dans l’objectif d’avoir une plus grande visibilité sur le calendrier de mise en œuvre de la loi-cadre sur la couverture sociale. Pour le Chef du gouvernement, l’édification d’un État social, «est un chantier Royal par excellence et fait l’objet d’un consensus de toutes les composantes du pays», rappelant que «la finalité de l’État social mobilise toutes les institutions du pays et ses forces vives».


Akhannouch a insisté sur la responsabilité qui incombe à l’Exécutif pour la mise en œuvre du projet d’État social, lequel nécessite une audace politique certaine pour mener les réformes qui s’imposent, selon lui. Même si le Maroc consacre près de 2% de son PIB au soutien aux catégories sociales défavorisées, la crise sanitaire a révélé l’enjeu de la protection sociale, ainsi que la vitalité des secteurs de la Santé et de l’Éducation. Concernant cet aspect précis, le Chef du gouvernement a appelé à transformer la crise actuelle en un fait accélérateur des réformes qui s’imposent, dans l’objectif de répondre aux attentes des citoyens. «Nous allons dépasser les insuffisances actuelles, conformément aux exigences du Nouveau modèle de développement, car ce mandat est fondateur d’un nouveau modèle de gestion des affaires publiques et de la construction de l’État social», a affirmé Akhannouch devant les députés.

Les piliers de la nouvelle approche
Les axes d’intervention seront focalisés sur la généralisation de la couverture sociale qui devra fonder l’État social, et qui vise, en dernière instance, à améliorer les conditions de vie des citoyens. «Le gouvernement a pu approuver plusieurs décrets portant sur 3,4 millions de personnes qui pourront intégrer le champ de la couverture sociale à partir de janvier prochain», a souligné le Chef du gouvernement qui a mis en avant le rôle des commissions instaurées en vue d’accélérer la cadence de la généralisation selon le calendrier prévu, qui s’achève en 2025. «Pour accompagner ce chantier gigantesque, une stratégie claire pour la promotion du secteur de la Santé a été établie, avec plusieurs mesures qui seront initiées», a noté Akhannouch qui a rappelé la dotation prévue par le PLF 2022, de l’ordre de 6 MMDH pour la mise à niveau des infrastructures sanitaires. Plusieurs projets sont, de leur côté, programmés pour le secteur de l’Éducation, essentiellement en matière de renforcement des ressources humaines.

«Le gouvernement travaille, sur un plan national, à la formation du corps éducatif», a indiqué le chef de l’Exécutif, avec une dotation de 500 MMDH pour 2022, en vue de la mise à niveau des structures de formation des diverses catégories d’enseignants. Le renforcement de l’offre éducative constitue, pour sa part, l’un des principaux objectifs de l’année 2022, avec une série de projets qui ont été présentés aux députés. «40% du budget sera consacré aux secteurs de la Santé et de l’Éducation», a précisé Akhannouch, mettant ainsi en valeur l’effort budgétaire consenti par les pouvoirs publics concernant ces deux secteurs.

Le PLF 2022 constitue un premier pas

Le Chef du gouvernement a rappelé, essentiellement, les dotations qui seront allouées aux Fonds de cohésion sociale, à l’accès aux soins, ainsi qu’au soutien à la scolarisation, dans le cadre du programme «Tayssir». Dans le même registre, ce sont 3,5 MMDH qui seront injectés pour le soutien à l’emploi des jeunes, avec les programme «Awrach», doté de 2,25 MMDH, qui profitera à 125.000 personnes en 2022, et «Forsa», d’un budget de 1,25 MMDH, qui vise à accompagner les porteurs de projets et les petites entreprises. La lutte contre les inégalités spatiales et les politiques sectorielles seront aussi renforcées, via la hausse des budgets consacrés à la création de l’emploi et au soutien au tissu productif. Avant fin 2022, 13 MMDH devraient ainsi être injectés, au titre du remboursement de la TVA, en vue de soutenir la trésorerie des entreprises», a précisé Akhanouch, à propos des principales mesures qui seront opérationnelles en 2022.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page