Politique

Presse et édition : le ministère promet un nouveau régime de subvention

La tenue d’un débat national est en cours de préparation dans l’objectif d’élaborer un nouveau système dédié à l’appui de la presse pour l’année prochaine. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, Othman El Ferdaous.

Le soutien public à la presse est en passe d’être institutionnalisé, en bonne et due forme. Annonce en a été faite, lundi à Rabat, par le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, Othman El Ferdaous. La tenue d’un débat national est en cours de préparation, dans l’objectif d’élaborer un nouveau système dédié à l’appui de la presse pour l’année 2021. Devraient y prendre part les différents acteurs de la chaîne économique du secteur de la presse écrite et ses diverses composantes, a souligné El Ferdaous dans sa présentation du projet de budget 2021 du secteur de la communication devant la Commission de l’éducation, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants.


Ainsi, un nouveau régime de subvention à la presse et à l’édition sera mis en œuvre, sans oublier l’actualisation du guide des offres de formation dans le domaine de l’information et de la communication, est-il annoncé. Dans cette perspective, une série de rencontres de communication sera initiée l’année prochaine au profit des directeurs régionaux de la communication dans le cadre du chantier de la déconcentration administrative. Par ailleurs, le ministre de tutelle a annoncé qu’une enveloppe additionnelle de 30 millions de dirhams (MDH) a été allouée pour soutenir le reste des entreprises de presse en conformité avec la loi. Il s’agit d’une nouvelle procédure annoncée pour la première fois, a tenu à souligner El Ferdaous. Il faut dire que la survenue de la crise sanitaire, laquelle a, entre autres conséquences, forcé nombre d’opérateurs de la presse à arrêter l’impression, a aggravé la situation d’un secteur déjà fragile. Dans ce cadre, 150 MDH ont été alloués pour prendre en charge les salaires des employés et des journalistes des entreprises de presse nationales et 15 MDH ont été consacrés au soutien des imprimeries de journaux.

De même, 15 MDH ont été mobilisés pour appuyer les radios privées et 15 MDH au profit de la distribution de journaux, selon les chiffres présentés par le ministre. Il est par ailleurs intéressant de relever qu’en dépit de la crise, le secteur de la presse électronique continue à attirer des investissements et à voir naître de nouveaux supports médiatiques. D’après les statistiques du département de tutelle, 1.016 autorisations de création de journaux électroniques ont été reçues jusqu’à fin septembre dernier. Notons aussi que 546 journaux électroniques ont mis leur situation en conformité avec les dispositions de la loi sur la presse et l’édition.

En revanche, même si «un changement positif a été observé au niveau de nombreux journaux qui ont déposé des demandes d’autorisation auprès
des parquets du royaume», selon le ministère, le nombre des journaux en papier a sensiblement reculé durant les deux dernières années. De 252 supports en 2018, le Maroc dénombre 105 journaux en papier édités cette année.

Du côté du pôle public..

D’après les données du ministère, l’Agence marocaine de presse (MAP) a maintenu le trend haussier de sa production, avec plus de 197.000 dépêches au cours des neuf premiers mois de 2020, sachant que la moyenne de sa production est passée de 3,25 dépêches pour chaque journaliste/jour en 2014 à 5,1 cette année. Sur le volet de l’audiovisuel, la chaîne Al Oula a attiré plus de 7 millions de téléspectateurs pour son principal bulletin d’information en langue arabe, de même qu’elle a présenté chaque jour six bulletins en arabe, en espagnol, en français et en amazigh (592 heures), en plus des séances des questions orales au Parlement. Pour la chaîne 2M, les deux tiers des programmes sont de portée nationale, alors que la production nationale a vu sa place se consolider durant le mois sacré de Ramadan pour atteindre les 100% à partir de l’Iftar jusqu’à une heure du matin.

Sami Nemli / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page