Politique

Pass vaccinal, Ouverture des frontières, Hausse des prix, CAN…Akhannouch s’explique

La sortie médiatique du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a permis de jeter la lumière sur les principales actions qui ont été entreprises par l’Exécutif depuis l’obtention du vote de confiance parlementaire. Tout en affichant son optimisme pour dépasser la crise pandémique, le Chef du gouvernement a insisté sur la volonté d’honorer les engagements pris dans le programme gouvernemental, ainsi que sur une série de programmes qui visent à concrétiser l’orientation fortement sociale du gouvernement. Aziz Akhannouch a également mis en avant les mesures destinées à opérer une rupture pour améliorer l’accès aux soins, l’égalité des chances dans l’éducation et la création d’emplois. 

Résumé des 100 jours. Satisfaction des engagements pris
Le gouvernement a envoyé plusieurs indicateurs en vue de satisfaire les engagements pris dans le programme du gouvernement. C’est ainsi que le Chef du gouvernement a résumé les 100 premiers jours du mandat : «Un gouvernement qui satisfait ses engagements». En dépit de certaines critiques qui ont été formulées pour «manque de communication», Aziz Akhannouch a noté que le gouvernement a travaillé dans un laps de temps assez court, pour préparer le programme de gouvernement et la loi de Finances 2022.


Ce sont au total 22 séances de contrôle des ministres qui ont été effectuées sous la coupole, de même que 12 conseils de gouvernement et 4 réunions de la commission des investissements ont été tenues. «Nous voulons répondre aux attentes des citoyens, car nous favorisons le travail, sans une communication à outrance», a noté le Chef de l’Exécutif tout en précisant que le gouvernement «s’adressera aux citoyens pour les informer, chaque fois que cela est jugé nécessaire».

Pass vaccinal. Un choix judicieux
«Partout dans le monde, le refus du pass vaccinal est exprimé, mais en fin de compte c’est l’application de la loi qui doit primer», a indiqué le chef du gouvernement à ce propos. Omicron est actuellement très dominant, ce qui donne raison à ce choix. La 3e vague, vécue actuellement, nécessite de tirer plusieurs leçons, essentiellement la protection des personnes qui ont reçu un triple vaccin. Les données montrent que «si pour la première dose nous sommes arrivés à 80%, pour la 3e dose on n’a pas encore dépassé 20%», a déploré le Chef du gouvernement qui a mis en avant que le souci de la protection de la santé est primordial. Pour la question du renforcement des mesures restrictives, le Maroc insiste sur la vaccination, de même que le gouvernement est dans l’obligation d’appliquer les décisions de la commission scientifique. «L’équipe gouvernementale dispose de compétences qui travaillent de manière sérieuse, avec des débats transparents lors des conseils du gouvernement, je suis en confort pour travailler avec cette équipe».

Ouverture des frontières. C’est pour bientôt?
La décision de fermer les frontières était dictée par la méconnaissance du variant. «Aujourd’hui que ce variant semble moins dangereux pour les personnes vaccinées, les gens ont le droit de se poser des questions mais encore une fois il y a une commission scientifique qui prend les décisions que le gouvernement est obligé d’appliquer. C’est un sujet sur la table et il est examiné, et je reste optimiste pour les semaines prochaines», a noté Akhannouch qui a mis en avant ses souhaits que la situation se débloque. Pour les ressortissants marocains bloqués à l’étranger, le gouvernement a pris plusieurs options pour les Marocains qui se sont déplacés pour le court terme, sans oublier que la problématique reste posée avec acuité pour d’autres catégories de ressortissants marocains.

Tourisme. Le secteur focalise l’attention
Les propositions pour faire sortir le secteur de l’agonie s’articulent autour de la prise en charge des salaires et des impôts ainsi que les crédits contractés par les opérateurs qui seront différés, sans oublier les cotisations de la CNSS. Ce sont 2 MMDH qui seront consacrés à la mise à niveau des établissements hôteliers, «pour qu’ils soient prêts pour la reprise. Je suis conscient que les professionnels veulent reprendre», a noté le Chef du gouvernement à propos de l’impact attendu du plan d’urgence finalisé.

Hausse des prix. Des efforts inlassables pour la protection du pouvoir d’achat
L’inflation, qui ne dépassera pas 1,8% en 2022, est un facteur rassurant pour le Chef du gouvernement. «Les produits de base n’ont pas été impactés par la hausse des prix, au moment où les prix du pétrole ont atteint 88 dollars le baril», a-t-noté. La dérégulation du système d’approvisionnement engendrée par la pandémie devra s’atténuer «en attendant que les prix se stabilisent durant les mois de mars et d’avril», selon les attentes de Aziz Akhannouch qui a rappelé que l’État a consacré 17 MMDH pour la compensation, pour la stabilité des prix du gaz butane, le sucre et le blé tendre, sachant que les prix des huiles sont aussi dépendants des prix des cours mondiaux.

Caisse de compensation. La réforme ajournée ?
«Il est impossible de parler de la réforme de la caisse, car nous vivons des circonstances exceptionnelles», a précisé le Chef du gouvernement à propos du chantier de la réforme de la Caisse de compensation. La crise engendrée par la pandémie impose, en effet, plus qu’auparavant, la hausse des subventions annuelles accordées pour le soutien des produits de base, tout en instaurant des mécanismes de ciblage des ménages qui devront tirer profit de la mise en place du Registre social unifié.

Couverture sociale. 30 millions de Marocains concernés
«Les projets sociaux datent de plusieurs années sous l’égide du Souverain, et qui forment les piliers de l’État social», a tenu à rappeler le Chef du gouvernement. La mise en œuvre du chantier est difficile, «car les textes sont adoptés, mais il faudra procéder à l’intégration effective des catégories ciblées». Pour les agriculteurs, comment la cotisation sera faite en fonction du type d’activité. «car il y a plusieurs types de revenus, et c’est durant ces mois que les solutions seront trouvées, pour que tous les agriculteurs aient la même prestation». Le ministère de la Santé sera de son côté réorganisé. «C’est un chantier royal qui englobe les allocations familiales et les retraites pour l’horizon 2026. C’est la priorité du gouvernement», a insisté Akhannouch.

État social. Le concept prioritaire
« Ce n’est pas un concept nouveau. Pour simplifier, il s’agit de trois choses que sont la santé pour les Marocains qui reste primordiale pour accéder aux soins, l’égalité des chances devant l’enseignement et l’emploi. Le capital humain est le point focal de l’État social, selon le Chef du gouvernement qui a rappelé plusieurs engagements contenus dans le programme du gouvernement en vue de concrétiser les objectifs liés au renforcement de la protection sociale des citoyens. Ainsi, la loi de Finances de cette année a consacré plus de 9 MMDH supplémentaires pour la santé et l’éducation, avec au programme la construction de 1.500 centres de santé publique et la construction d’un CHU dans chaque région. D’un autre côté, ce sont 500 MDH qui seront alloués pour faciliter les missions des associations qui travaillent avec les personnes handicapées. Il faut dire aussi que la faible pluviométrie remet en cause certaines hypothèses de la loi de Finances, mais «nous espérons que durant les semaines à venir la situation s’améliore», a précisé le Chef du gouvernement qui a rappelé qu’il n’ y a pas de craintes pour le périmètre irrigué, mais que les problèmes concernent les aides pour l’élevage et la production de blé.

Dialogue social. Des rencontres au sommet en février
Aziz Akhannouch a dévoilé que, le prochain mois, une rencontre sera tenue avec les dirigeants syndicaux «pour se mettre d’accord sur la méthodologie de travail». Le dialogue sectoriel demeure aussi un jalon crucial pour les partenaires sociaux afin d’instaurer un climat de confiance. «Maintenant, la vision est claire et il y a une volonté commune pour trouver des solutions», a précisé le Chef du gouvernement à propos des préparatifs qui seront lancés en vue d’institutionnaliser le dialogue social au double niveau, national et sectoriel.

Sport. La CAN de tous les espoirs
Le Chef du gouvernement reste confiant quant à la capacité des Lions de l’Atlas d’aller le plus loin possible dans la Coupe d’Afrique qui se déroule actuellement au Cameroun. «La sélection nationale est composée de jeunes qui sont de vrais sportifs», a noté le Chef de l’Exécutif, de même que «le Onze national dispose d’un esprit d’équipe, il ne faudra pas lui faire la pression pour un meilleur rendement», a-t-il précisé.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page