Politique

Enquête : la place des femmes en politique

Le centre de recherche Tafra a rendu publics les résultats des enquêtes de connaissances politiques menées dans 120 pays pour définir les raisons de l’éloignement des femmes de cette sphère. Zoom.

Les femmes sont-elles réellement moins portées sur la politique que les hommes ? La majorité des enquêtes menées à travers le monde soulignent l’existence d’un “gender gap” en matière de connaissances politiques. C’est à partir de ce constat que le centre de recherche Tafra a partagé les conclusions des analystes qui se sont penchés sur la question, supposant que les préjugés sur les femmes continuent à lourdement impacter la conscience collective. Les facteurs ont été diagnostiqués. Ils concernent «le niveau de représentation politique des femmes dans les sociétés d’un côté et, de l’autre, la manière avec laquelle les questions posées dans les sondages présentent la vie politique comme un monde d’hommes», explique le centre de recherche dans une note de présentation de l’enquête réalisée sur la question.


La représentation politique des femmes dans la société, à travers leur proportion au Parlement et dans les cabinets ministériels, ainsi que leur présence à la tête du gouvernement, sont parmi les indicateurs les plus courants. L’enquête, qui s’est déroulée aux États-Unis, a aussi montré que le ‘‘gender gap’’ en matière de connaissances politiques ne serait pas dû au manque de connaissances des femmes, mais plutôt à «leur plus faible disposition à exprimer leur opinion sur des questions politiques. Le fait de présenter le monde politique comme davantage masculin serait à l’origine d’un tel mécanisme», conclut l’enquête.

Si la mise en place de mesures de discrimination positive au Maroc a permis d’améliorer la représentativité des femmes, leur sous-représentation demeure. Pour le centre de recherche, «si la part des femmes constituant le corps électoral est non négligeable (46% en mars 2020), celles-ci demeurent sous-représentées au niveau des fonctions électives». En effet, les communes ne comptent que 21,18% de conseillères, et la Chambre des représentants actuelle est essentiellement composée d’hommes (78,89%). Même élues, les femmes sont confrontées à des difficultés à accéder aux fonctions influentes. En effet, seules 16,5% des femmes députés sont membres des commissions parlementaires influentes au sein de la Chambre des représentants.

Younes Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page