Politique

Biodiversité en Afrique : Rabbah plaide pour un fonds multilatéral

Lors de la 8e session extraordinaire de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE), tenue sous le thème «Renforcer l’action environnementale pour une reprise efficace après la Covid en Afrique», à laquelle il a pris part, Aziz Rabbah a préconisé la mise en place d’un fonds multilatéral dédié à la biodiversité en Afrique.

Le ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement a ainsi affirmé que le cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020 constitue une nouvelle opportunité pour rattraper les retards accusés auparavant et accorder la priorité requise à ce sujet au niveau international. Il poursuit : «Si la pandémie de la Covid-19 a engendré une crise mondiale sans précédent qui vient s’ajouter à une situation déjà alarmante en matière de réchauffement climatique, de perte de la biodiversité et de pollution, elle offre néanmoins une occasion pour les pays africains d’instaurer une croissance durable et sobre en carbone porteuse de plusieurs opportunités d’investissement, d’emplois et de valeur ajoutée.» Rabbah a également mis en avant les progrès réalisés dans l’opérationnalisation des trois commissions climat lancées à l’initiative du roi Mohammed VI lors de la COP22, notamment la commission du bassin du Congo, la commission du Sahel et celles des États insulaires.


À ce propos, le ministre a réitéré l’engagement du Maroc à poursuivre sa coopération avec ses homologues africains pour la réalisation des objectifs tracés pour un recouvrement efficace de la pandémie de l’Afrique, tout en assurant une trajectoire de développement durable, résilient et sobre en carbone.

Par ailleurs, rappelons que la session spéciale de la CMAE avait pour but de s’accorder sur une position commune de l’Afrique pour les futures échéances de 2021 en l’occurrence l’ANUE5, la COP15 sur la diversité biologique et la COP26 sur le climat. C’était également l’occasion d’examiner le programme de relance verte pour l’Afrique visant à répondre en urgence au besoin de soutenir les secteurs clés en Afrique les plus durement touchés par la pandémie de la Covid-19, notamment l’écotourisme et l’économie de la biodiversité. À l’issue de cette réunion, les ministres africains en charge de l’Environnement ont adopté une déclaration dans laquelle ils s’engagent à unir leurs efforts pour l’accélération d’une reprise verte et inclusive. Et ce, dans le but d’encourager les économies et les systèmes sociaux du continent après les chocs liés à la crise de la Covid-19.

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page