Monde

Places financières : Paris vs Londres, une concurrence acharnée

La chute de la livre depuis septembre, les difficultés des entreprises cotées à Londres et la forme des champions français, notamment les valeurs du luxe, ont contribué à inverser la tendance entre les deux places financières.

Même dopée par les prouesses du secteur du luxe en France, la Bourse de Paris n’a jamais pu devancer la City, laquelle campe le statut de principale place financière en Europe malgré le Brexit. Aujourd’hui, Paris semble avoir pu grappiller des points.

En effet, les données de l’agence financière Bloomberg montrent que la valeur des actions des entreprises cotées sur le marché de la capitale française a dépassé celle de la capitale britannique pour la première fois le 13 novembre. La chute de la livre depuis septembre, les difficultés des entreprises cotées à Londres et la forme des champions français, notamment les valeurs du luxe, ont contribué à inverser la tendance: en 2016, ce même indicateur de Bloomberg donnait une très nette avance à la place britannique. Mais les valorisations de Kering, Hermès, l’Oréal et LVMH, plus grosse capitalisation européenne, ont depuis explosé, grâce à la reprise post-Covid.

Au-delà des difficultés de l’économie britannique, notamment depuis le Brexit, s’ajoute «la constitution d’une alternative» financière en Europe continentale, défend auprès de l’AFP Stéphane Boujnah, PDG d’Euronext, l’opérateur pan-européen qui gère notamment la Bourse de Paris.

Face au marché intégré que représentent les sept places d’Euronext, dont Milan, Amsterdam ou Dublin, «Londres n’est plus la place de cotation naturelle pour les sociétés en croissance» en Europe, a-t-il estimé. Sollicité par l’AFP, LSE, l’opérateur londonien, n’a pas souhaité commenté l’information. L’avantage de la place française n’a toutefois pas duré: Londres a repris sa place de numéro un, même si les deux valeurs se tiennent dans un mouchoir de poche: au 22 novembre, la capitalisation boursière agrégée des entreprises à Paris valait 2.822 milliards de dollars, contre 2.855 milliards de dollars de l’autre côté de la Manche, selon l’indice de Bloomberg.

D’après les chiffres du spécialiste de données financières, Refinitiv, qui appartient au LSE, la capitalisation boursière totale de la place britannique à la mi-novembre s’élève ainsi à 6.200 milliards de dollars, contre 3.700 milliards pour la Bourse de Paris. «Ce qui a toujours fait la supériorité de Londres est d’être un centre financier mondial qui attire la cotation d’action étrangère», explique Dor.

Parmi les atouts de la place de Paris, «le leadership dans la finance verte», une branche très dynamique de la finance «avec des instances, des événements récurrents pour alimenter la réflexion», note de son côté Catherine Karyotis, professeure de finance à Neoma Business School. Selon le dernier classement du Global Financial Centres Index, une des références dans les salles de marché qui se base à la fois sur des questionnaires envoyés aux investisseurs et des données économiques des grandes institutions mondiales, en septembre 2022, Londres était la deuxième place financière au monde, loin derrière New-York mais à bonne distance de Hong Kong, troisième. Paris, deuxième place européenne, ne se classait que dixième.

Sami Nemli avec agences / Les Inspirations ÉCO

Dossiers d’investissement : réduction de 45% de la paperasse à partir de 2023



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page