Monde

Les Japonais « personae non gratae » en Russie

La Russie a interdit mercredi l’accès à son territoire à plus de soixante responsables japonais, dont le Premier ministre Fumio Kishida, en représailles aux sanctions prises par le Japon contre Moscou pour son opération en Ukraine.

« Il a été décidé d’interdire définitivement » à 63 citoyens japonais d’entrer en Russie, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères russe. Dans cette liste, l’on trouve également des ministres, des députés, des hommes d’affaires, des responsables médiatiques et des professeurs d’université.


Le gouvernement de M. Kishida « a lancé une campagne anti-russe sans précédent, permet une rhétorique inacceptable contre la Fédération de Russie, y compris des calomnies et des menaces directes », d’après le ministère russe.

Moscou accuse Tokyo de prendre « des mesures pratiques visant à démanteler les relations de bon voisinage, à porter atteinte à l’économie russe et au prestige international de notre pays ».

La Russie indique par ailleurs répondre aux « sanctions personnelles imposées par le gouvernement japonais aux citoyens russes, y compris aux hauts dirigeants de l’État ».

M. Kishida, de passage au Vatican et à Rome où il a rencontré le pape François et son homologue italien Mario Draghi, a qualifié la décision russe d' »inacceptable ».

« C’est la Russie qui a fait en sorte que les relations Japon-Russie arrivent à ce niveau. Et en dépit de ça, la Russie a fait ce genre d’annonce. Nous ne pouvons pas l’accepter », a-t-il dit, qualifiant le comportement russe de « claire violation de la loi internationale ».


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page